La catéchèse se renouvelle

Infos de la semaine
Feuillet du 15ème dimanche du Temps ordinaire

Qu’est-ce que la catéchèse ? Je sais que, pour beaucoup d’entre nous, ce sont des rencontres pour enfants qui visent la préparation à un sacrement tel que la première communion, ou à un évènement chrétien, comme la profession de foi. C’est ce qui s’est fait depuis quelques temps dans nos contrées, mais c’est loin d’être la seule manière de faire de la catéchèse. Pour prendre un seul exemple parmi les milliers qui font la diversité de la catéchèse dans l’Église au long des siècles, il y a les catéchèses baptismales, puis mystagogiques de Saint Cyrille de Jérusalem datant du VIe siècle qui s’adressent à des adultes lors des semaines qui précèdent et suivent leur baptême.

Dès l’année 2016, dans notre diocèse, une profonde réflexion a été engagée pour renouveler l’ensemble de l’action catéchétique pour adapter l’annonce de l’évangile à notre temps. Cela a abouti à un décret diocésain en mars 2018 : Pour une catéchèse renouvelée. Le diocèse donnait alors un délai de 3 ans pour mettre en œuvre ce renouveau catéchétique.

Ce décret a donné 3 priorités. La première est de mettre en place des catéchèses communautaires qui doivent devenir le pivot central de toute catéchèse. C’est pour cela que nous avons continué et fait évoluer les dimanches autrement. La seconde priorité est d’articuler autour de ces catéchèses communautaires toutes les autres catéchèses spécifiques (baptême, éveil à la foi des tout-petits, JK, camps JK, profession de foi, Ado+, GKT, mariage et Rive Nouvelle). Enfin, chaque catéchèse, qu’elle soit communautaire ou spécifique, favorise un éveil à la foi par une première annonce. « Il ne s’agit plus seulement de nourrir une foi présupposée, mais d’engendrer à la foi, de la proposer comme désirable. » (Pour une catéchèse renouvelée, mars 2018, p. 17).

Chacune et chacun a été invité, à de nombreuses reprises, à venir participer à une réflexion autour de ce décret diocésain de mai 2019 jusque mars 2020. Avec tous les éléments recueillis, et avec le temps du confinement, j’ai pu structurer cette masse d’informations et d’idées pour rédiger les lignes directrices de la catéchèse dans notre Unité Pastorale. Nous avions jusque 2021 pour mettre en œuvre ce renouveau, je suis heureux de vous dire que, pour une fois, je ne suis pas en retard !

Ce document qui structure la catéchèse de notre UP fait 8 pages, il n’est donc pas dans ce feuillet, mais si vous voulez le lire, n’hésitez pas à le demander au secrétariat. Le but de ce document est de clarifier les démarches catéchétiques et de donner des échéances pour que vraiment nous puissions renouveler en profondeur notre annonce de la Bonne Nouvelle.

Merci à chacun et à chacune pour vos apports divers, vos prières et votre soutien dans ce long travail de renouveau qui permettra que notre mission d’annonce de l’Évangile soit remplie au mieux dans notre Unité Pastorale !

Thomas Sabbadini

C’EST L’ÉTÉ, RECHARGEONS LES BATTERIES !

Infos de la semaine
feuillets du 14ème dimanche du temps ordinaire

Chers paroissiens, chers Lecteurs,

En cette fin d’année scolaire, c’est le temps de reprendre souffle ! Que ce soit ceux et celles qui peuvent et comptent partir, que soit ceux qui ne savent pas le faire pour diverses raisons, tout le monde se réjouit quand même de cette période estivale dans laquelle nous entrons, une saison qui, dans notre société au rythme parfois vertigineux, permet à plus d’un de décompresser et de vivre un autre rapport à l’espace et au temps.
Nous sommes dans la 3ème phase du déconfinement. Pendant cet été, nous aurons aussi certainement besoin d’intérioriser les événements vécus ces derniers mois. Nous l’avons été différemment certes, mais nous avons tous été touchés d’une manière ou d’une autre par le long confinement  et tout ce qui va avec : la solitude pour certains, la prise de conscience de notre fragilité pour d’autres, sans parler de la perte d’un être cher emporté par la pandémie ou pas, avec une cérémonie de funérailles très rudimentaire et réduite au stricte minimum : très peu de mots et gestes ou rien du tout…je me dis que cet été tombe à pic puisqu’il va nous aider à assimiler tout cela, à tamiser tout ce que ces moments de douleur et de frustration ont déposé en nous, afin de retrouver une certaine clarté spirituelle dont nous avons tous besoin ! Oui, dans tous ces événements, si sombres et éprouvants soient-ils, nous avons besoin de sentir un peu de soleil intérieur et voir un peu de lumière qui nous vient de la présence accompagnatrice de celui qui a vaincu la mort et qui continue de briller parmi nous.
Pour cela, « L’été est propice à davantage de disponibilité, de gratuité dans les activités, dans les relations, dans le regard sur l’environnement. N’est-ce pas aussi l’occasion de se laisser toucher par la beauté ? »
Parlant de la beauté, dernièrement j’ai eu l’occasion de revoir un de mes filleuls qui était très content de me revoir et qui a eu l’idée de me faire visiter sa nouvelle chambre et son décor.   J’ai été frappé par le nombre de photos et images collés aux murs.  Une de ces images a attiré mon attention et je me suis approché pour la contempler : il s’agit de Jean de La Fontaine. Mon filleul m’a demandé si moi aussi je le trouvais beau !
Pensant par la suite à ce temps de vacances d’été, pour ceux qui n’ont pas encore d’idées de ce à quoi ils vont s’adonner, pourquoi ne pas en profiter pour faire « des expériences artistiques » qui sont une invitation « à un regard contemplatif, à l’accueil de la puissance créatrice manifestée dans les diverses expressions artistiques. Un chemin qui nous ouvre à plus grand que nous-mêmes et peut conduire à la prière et à la louange !  Car la louange est avant tout confession de la grandeur de Dieu ; au-delà de ses dons elle chante Dieu pour ce qu’Il est. Elle peut jaillir devant la beauté d’un paysage ou d’une œuvre, mais aussi dans la rencontre, dans la prière avec l’Ecriture, dans le regard sur les évènements où Dieu est à l’œuvre en toute chose …et même dans l’épreuve, comme dans le texte de Daniel, donnant à voir trois jeunes gens, louant et bénissant le Seigneur, au milieu des flammes ! » (Marie-Elise Courmont, Revue Vie Chrétienne N°18, juillet 2013)
Nous nous réjouissons donc de ces vacances en pensant aux voyages que nous allons faire peut-être, aux surprises et découvertes qui nous attendent, aux amis que nous allons rencontrer…, et tout cela est bon, mais comme chaque année, je vous invite aussi à avoir avec moi une pensée toute particulière à toutes les familles et personnes que nous connaissons ou pas qui ont été éprouvées de diverses façons au cours de cette année dans notre Unité Pastorale : par la perte d’un être cher, la maladie, la perte d’emploi, la séparation ou le divorce, la violence ou l’agression… avec tous les questionnements et souffrances qui s’en suivent.
Face à de telles situations, permettez-moi de rejoindre Albert CAMUS quand il dit que « la souffrance use l’espoir et la foi », et Henri X quand il affirme que « la souffrance en soi est une absurdité » mais ce dernier précise aussi que « c’est seulement l’homme dans la souffrance qui peut prendre de la valeur ou se défaire ».
Pour moi cela revient à dire que « lorsqu’une porte du bonheur se ferme, une autre s’ouvre », mais à condition d’apprendre désormais à regarder et lire sous un autre angle les événements qui nous arrivent. En ce moment-là, on réalisera que « le monde est rempli à la fois de souffrances et de victoires sur la souffrance. » (Helen KELLER)
Bon courage donc à vous tous qui avez connu des moments éprouvants et moins réjouissants. Je ne cesserai pas de vous confier au Seigneur dans mon humble
prière de tous les jours.
Bonnes vacances à toutes et tous, faites-en bon usage, profitez-en bien au maximum et au plaisir de vous revoir prochainement en super forme ! En communion de prière dans le Christ, notre frère et notre Sauveur, tous unis à la Vierge Marie.


Oscar MUREKEZI, votre curé

Des nouveautés dans l’organigramme de notre diocèse

Infos de la semaine
Feuillet du 13ème dimanche du temps ordinaire

Chers Frères et Sœurs,

Les changements de notre monde, les épreuves imposées par la pandémie et les renouvellements dans notre Église m’incitent à mettre à jour l’organisation de notre curie diocésaine, qui regroupe les services de notre évêché, à la lumière de la Pentecôte que nous allons célébrer et de la venue de l’Esprit Saint sur les disciples du Christ. Les évaluations que nous avons faites au sein de notre Conseil épiscopal l’an dernier nous ont donné des pistes pour mieux correspondre à nos objectifs, centrés sur l’annonce de l’évangile et le service des communautés chrétiennes. Je suis reconnaissant envers tous les membres du Conseil épiscopal pour leur engagement, en particulier envers ceux qui sont en fin de mandat ou de mission, Mme Fina Keifens, l’abbé Raphaël Collinet et l’abbé Alphonse Borras, vicaire général, que je remercie de tout cœur.

Des lignes de force se sont dégagées dans notre recherche. Nous avons souligné le fait que l’engagement de nombreux laïcs en position de responsabilité complexifie notre fonctionnement d’Eglise, tout en l’enrichissant de manière notable par de nouvelles compétences et de nouvelles sensibilités. De même l’accueil de prêtres venus d’ailleurs dynamise notre Église mais requiert une attention particulière aux personnes. Le rôle du curé d’Unité pastorale lui-même est complexifié par cette diversité. J’ai souligné récemment l’importance de la mission dans la situation de la société actuelle, en particulier vis-à-vis des jeunes, par ma lettre pastorale Va vers le pays que je te montrerai. Comme dit l’apôtre Paul : « Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur » (1 Co 12, 4-5). J’invoque la venue de l’Esprit Saint sur notre diocèse et sur tous ceux qui s’y engagent.

Le projet de Curie diocésaine reprend de nombreux éléments qui ont été évoqués aux rencontres du Conseil épiscopal. En nommant le chanoine Éric de Beukelaer comme futur vicaire général, j’ai stimulé son désir de revoir la structure de notre Curie diocésaine, en fonction des attentes exprimées préalablement. Six critères de discernement ont été formulés en vue du bon fonctionnement de la Curie diocésaine. Le premier insiste sur la coordination des services et donc sur la concertation mutuelle. Le second intègre la notion de complexité des situations des acteurs pastoraux au service des communautés et souligne la nécessité de procédures pour leur encadrement. Le troisième critère invite à distinguer trois étapes dans le cheminement des personnes qui reçoivent une mission dans le diocèse :  la formation, la nomination, et l’accompagnement personnalisé. Le quatrième critère est l’écoute des personnes et des équipes du terrain, de leurs attentes, de leurs expériences et de leurs pauvretés. Le cinquième critère est de vivre nous-mêmes ce que nous prêchons et d’en témoigner par notre foi et notre prière, par une culture de la bienveillance et de l’amitié. Ceci se vit dans le cadre d’un diocèse germanophone et francophone, et donc dans la prise en compte de la diversité culturelle de notre diocèse : c’est le sixième critère. Les principales nouveautés sont la création d’un vicariat pour l’accompagnement des acteurs pastoraux, la réunion du chantier paroisses et du vicariat pour le temporel dans le vicariat général et la nouvelle configuration du vicariat Chemins de foi et formations chrétiennes et du vicariat Évangile & vie.

Outre ce projet de renouvellement de la Curie diocésaine, je suis heureux que différentes initiatives récentes trouveront bientôt un aboutissement. Le Directoire sur les curés, préparé par l’abbé Alphonse Borras, répond à une attente de clarification et est pétri de l’expérience de dizaines d’années de pastorale paroissiale, en particulier au Chantier aux paroisses. Les documents préparés par le vicariat Évangile & vie sur La préparation au mariage et sur La pastorale des jeunes répondent à des besoins de la mission et en particulier des périphéries de la société. Ils nous permettront de baliser le futur de notre Église diocésaine, sur base de l’expérience présente : « Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous » (1 Co 12, 6). « Viens Esprit Saint et renouvelle le cœur de tes fidèles. Embrase-les au feu de ton amour ».

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Plus concrètement

Le Conseil épiscopal est composé de :

Mgr Jean-Pierre Delville (président), Chanoine Eric de Beukelaer (vicaire général), Mme Dominique Olivier (animatrice), P. Patrick Bonte O.S.C., Abbé Baudouin
Charpentier, M. Jean-Philippe de Limbourg, Mme Marie-Flore Montrieux, Abbé Emil Piront, Mme Caroline Werbrouck, Abbé Olivier Windels.

Le Conseil épiscopal est le conseil de l’évêque diocésain pour le gouvernement de l’action pastorale dans le diocèse. Présidé par l’évêque, il est constitué du vicaire général et des vicaires (= prêtres) et délégués (= non-prêtres) épiscopaux.

Le vicaire général seconde l’évêque dans le gouvernement du diocèse tout entier. À ce titre, sa première mission est d’être le « modérateur de la Curie », soit le coordinateur de l’action de la Curie diocésaine. Il veille dès lors également au bon fonctionnement des missions plus centralisées au sein de la Curie diocésaine.

Chaque vicaire ou délégué épiscopal est responsable d’un domaine de compétence, ou d’un territoire du diocèse (pour le Vicariat Ostbelgien).

Vicaire général : Chanoine Eric de Beukelaer
Accompagnement des acteurs pastoraux : Mme D. Olivier
Vicariat Annoncer l’Evangile : Abbé O. Windels
Vicariat Chemins de foi et Formations chrétiennes : Abbé B. Charpentier
Vicariat de l’Education chrétienne et de l’enseignement : Mme M-F Montrieux
Vikariat für Ostbelgien : Abbé E. Piront
Vicariat de la Santé : Mme C. Werbrouck
Vicariat Évangile & Vie : Mr J-F de Limbourg
Vicariat de la Vie consacrée, des Mouvements ecclésiaux et des Sanctuaires : Père  P Bonte O.S.C.

Horaire des messes durant les 2 mois de vacances

Durant les vacances, il est toujours vivement conseillé de vous inscrire en téléphonant avant samedi midi :
* au secrétariat 087 33 44 86         (lun, mar, jeu, ven de 9 à 12h)
* auprès du curé Oscar Murekezi 0484 71 21 82
* auprès du vicaire Thomas Sabbadini 0478 72 52 91

4-5 juillet

SamediDimanche
16h Immaculée Conception9h Immaculée Conception
16h Sainte-Julienne9h Ste-Julienne
11h Immaculée Conception
11h Ste-Julienne

11-12 juillet

SamediDimanche
16h Marie-Médiatrice9h30 Marie-Médiatrice
17h45 Marie-Médiatrice11h Ste-Julienne

18-19 juillet

SamediDimanche
16h St-Nicolas9h30 St-Nicolas
17h45 St-Nicolas11h Ste-Julienne

25-26 juillet

SamediDimanche
16h St-Hubert9h30 St-Hubert
17h45 St-Hubert11h Ste-Julienne

1-2 aout

SamediDimanche
16h Immaculée Conception9h30Immaculée Conception
17h45Immaculée Conception11h Ste-Julienne

8-9 aout

SamediDimanche
16h Marie-Médiatrice9h30 Marie-Médiatrice
17h45 Marie-Médiatrice11h Ste-Julienne

14-15-16 aout

VendrediSamediDimanche
 9h30 Marie-Médiatrice9h30 St-Nicolas
17h45Immaculée Conception17h45 St-Nicolas11h Ste-Julienne

22-23 aout

SamediDimanche
16h St-Hubert9h30 St-Hubert
17h45 St-Hubert11h Ste-Julienne

29-30 aout

SamediDimanche
16h IC9h30 IC
17h45 IC11h Ste-Julienne

Quelle joie de pouvoir enfin retourner dans nos églises à l’occasion de la fête du Saint-Sacrement

les infos de la semaine
feuillet du 13ème dimanche du temps ordinaire

Plusieurs l’ont dit, sous des formes différentes mais tous voulaient dire la même chose : « nous étions déçus de ne pas pouvoir retourner à l’église pour la Pentecôte, mais quelle belle coïncidence  de pouvoir après 3 mois d’abstinence, recevoir, à nouveau le Corps du Christ à l’occasion de la fête du Saint Sacrement ! »
Les 2 églises étaient fin prêtes : chaises écartées, distance respectée, sens de circulation marqué au sol. Les équipes d’accueil étaient en place : une personne pour faire rentrer les paroissiens au fur et à mesure, un personne qui présentait le fameux gel hydro-alcoolique et qui indiquait le sens de circulation et la troisième qui menait chacun à sa place car il faut éviter que les gens ne se croisent.
Toutes ces mesures semblent bien sévères, nous en sommes conscients, mais nous tenons à suivre le protocole à la lettre, nous ne voulons pas risquer de devoir à nouveau fermer une église pour non-respect des règles. Comme tous, nous espérons qu’elles s’assoupliront dans les prochaines semaines.
En modifiant les horaires des messes à cause du nombre limité de places, nous avons pu proposer un accueil à 400 personnes, ce qui est légèrement inférieur à la fréquentation habituelle.
Ce week-end, c’est un peu moins de 200 paroissiens qui nous ont rejoints. Certes, ce n’est qu’une petite moitié d’un week-end ordinaire, mais c’est encourageant.

Plusieurs raisons peuvent expliquer le peu de fréquentation : 
· le message n’est pas arrivé chez chacun. Nous avons bien conscience de ne pas avoir touché tout le monde, c’est pourquoi nous nous permettons d’insister pour que vous transmettiez l’info autour de vous, nous n’avons pas de liste exhaustive des paroissiens et avons besoin du bouche à oreille.
· certains ont pris l’habitude de suivre l’eucharistie à la télévision. Nous les invitons chaleureusement à nous rejoindre et sentir ainsi encore plus la vie d’une communauté. N’oublions pas : nous ne sommes pas chrétiens tout seuls.
· certaines personnes craignent de se retrouver avec d’autres. Il nous faut les rassurer au maximum mais nous respectons leur choix d’encore attendre.
· Les paroissiens aiment leur clocher. Et c’est tant mieux. Mais certains paroissiens ont parfois des réticences à aller dans les autres églises de l’Unité pastorale., et cela c’est dommage. Le pape François nous invite à sortir, à aller vers les périphéries. Les autres églises de notre Unité ne seraient-elles pas le début de la périphérie ? Alors, franchissons le pas, profitons de ces temps particuliers pour sortir de nos habitudes; nous en sortirons grandis.