SOLIDAIRES AUSSI AVEC MON VILLAGE AU RWANDA !

Chers Paroissiens, chers lecteurs,

Dans le feuillet paroissial de ce week-end nous vous donnons suffisamment d’informations sur la reprise des célébrations eucharistiques avec 15 personnes seulement ainsi que des alternatives pour permettre à ceux qui n’auront pas d’eucharistie d’avoir quand même un petit moment de prière et recevoir la communion !

Que ce soit les abonnés à la version papier du feuillet, que ce soit ceux qui visitent le site de l’Unité pastorale, je vous encourage à lire attentivement ces informations.

Il y a deux ans je vous ai parlé du projet qui me tient vraiment à cœur dans mon village de Rusumo au Rwanda, un projet qui consiste à aider les jeunes filles qui tombent enceintes avant même l’âge majeur et qui sont laissées pour compte.

En collaboration avec le curé de ma paroisse d’origine, je me bats d’abord pour qu’elles soient accueillies, encadrées, formées (formation technique) dans le but de les aider à créer de petites associations de micro-projets et ainsi se prendre elles-mêmes en main ! Pour le moment la situation de certaines d’entre elles s’est empirée à cause la pandémie et ses conséquences qui se font encore plus sentir dans les pays du Tiers-monde.

Je sais que depuis ces derniers week-ends vous avez été beaucoup sollicités pour soutenir diverses associations caritatives, mais je ne peux ne pas faire appel aussi à vous ainsi qu’à votre générosité pour poursuivre mon projet qui ne dépend que, comme financement, de la collecte de « Noël de partage » dans nos paroisses !

Comme nous n’aurons malheureusement pas de messe à Noël mais plutôt des temps de prière et de communion pour permettre au plus grand nombre de ceux qui souhaitent communier de le faire, je vous communique le numéro de compte sur lequel vous pouvez faire un don de soutien : BE67 0355 6098 4787 au nom de Oscar MUREKEZI avec comme communication « solidarité Rusumo »

Un tout grand merci déjà pour elles.

Je vous souhaite de passer un Joyeux Noël malgré tout ainsi que, pour vous et vos familles, une bonne et heureuse nouvelle année 2021 qui s’ouvre devant nous : qu’elle vienne combler vos aspirations les plus profondes !

Oscar MUREKEZI, votre curé

A nouveau des célébrations eucharistiques dans nos églises ! Oui mais….

Version imprimable

Accueillir 15 personnes (enfants de -12 ans non compris) pour une célébration. Si nous conservons les horaires habituels, il n’y a que 75 personnes qui peuvent assister à la messe. Mais comment donner la possibilité à chacun.e de vivre l’Eucharistie ?
Avant la pandémie, environ 400 personnes participaient à la messe dans notre U.P. Durant le déconfinement il y avait en moyenne 270 personnes qui s’inscrivaient aux célébrations…

Vivre sa foi à l’heure actuelle est difficile. C’est même impossible de le faire en communauté. Certaines solutions sont proposées (messes télévisées, messes internet, supports pour la prière individuelle…) mais ne peuvent répondre à toutes les attentes.

Nous devons rester prudents. Même si nos églises n’ont pas été source de contamination, de nombreux paroissiens sont décédés du covid19. La situation reste très grave et nous devons veiller à la santé de tous.

Et donc, qu’allons-nous faire ? Impossible de multiplier les messes. Il en faudrait près de 20 par week-end pour offrir une place à chacun.e !
L’Equipe pastorale s’est penchée longuement sur la question et a bien conscience que la proposition qui vous est faite sera insatisfaisante. Nous vous invitons malgré tout à l’accueillir avec bienveillance et dans le respect de tous. Partageons au mieux ce qui nous est cher, ce qui nous donne force et vie : la communion au corps du Christ et un temps d’intimité avec lui.

Concrètement :

Quel que soit votre choix, il faudra vous inscrire uniquement au 0471 08 19 17 du lundi au vendredi de 9 à 12h. La ligne sera souvent occupée, nous vous invitons alors à ne pas laisser de message mais à rappeler plus tard afin de simplifier au maximum la gestion des réservations et éviter toute confusion.

Pour les messes dominicales :

Nous vous encourageons à participer à la messe  à distance :
télévision  (KTO, RTBF) ou internet (à 15h sur la chaine Youtube https://www.youtube.com/c/ThomasSabbadini , à la messe et vous proposons, dans nos différentes églises, des messes et des temps de prière avec communion.

Immaculée Conception : samedi
16h : messe
17h : Temps de prière avec communion
17h30 : Temps de prière avec communion

Marie-Médiatrice : samedi
17h45 : messe
18h45 : Temps de prière avec communion
19h15 : Temps de prière avec communion

 Saint-Nicolas : dimanche
9h30 : messe
10h30 : Temps de prière avec communion
11h : Temps de prière avec communion

Saint-Hubert : dimanche
10h : messe
11h : Temps de prière avec communion 
11h30 : Temps de prière avec communion

Sainte-Julienne : dimanche
11h : messe
12h : Temps de prière avec communion
12h30 : Temps de prière avec communion

Pour qu’un plus grand nombre puisse participer aux célébrations, vous ne pourrez vous inscrire à la messe qu’une semaine sur trois, les 2 autres semaines vous pourrez venir à un temps de prière. Ici aussi, nous vous demandons de rester chaque semaine dans la même paroisse.

Pour les messes de semaine :

Il y en aura 2 par jour : une à 8h et une à 8h45 selon le planning habituel

  lundi : Sainte-Julienne
  mardi : Immaculée Conception
  mercredi : Saint-Hubert
  jeudi : Marie-Médiatrice
  vendredi : Saint-Nicolas

Pour qu’un plus grand nombre puisse participer aux célébrations, dans un premier temps, vous ne pourrez vous inscrire qu’à une seule messe par semaine. Nous vous invitons aussi d’une semaine à l’autre à rester dans la même paroisse. N’oubliez pas de vous inscrire

… et pour Noël ?

Que c’est compliqué !!! Que faire pour qu’il n’y ait pas de sentiment d’injustice, pour qu’il n’y ait pas des défavorisés et des privilégiés, ceux qui ont droit à « leur messe » et les autres ?
« Paix sur terre aux hommes de bonne volonté » a dit l’ange aux bergers…

Vous pourrez suivre sur les écrans deux messes de Noël régionales :

Jeudi 24 décembre à 17h : Thomas célébrera la messe sur sa chaine Youtube : https://www.youtube.com/c/ThomasSabbadini

Jeudi 24 décembre à minuit : la chaine télévisée Vedia proposera la messe depuis l’église décanale Saint-Remacle. Cette messe sera retransmise le vendredi 25 à 10h

Il y aura aussi les messes sur les chaines KTO et RTBF

Nous ne célébrerons pas de messe dans notre U.P. mais vous proposons des temps de prière avec communion dans nos cinq églises simultanément et nous distribuerons la flamme de Bethléem à ceux qui le souhaitent (merci de vous munir d’un photophore ou d’un bocal pour protéger la flamme pour retourner chez vous) :

  Jeudi 24 décembre à 18h      Vendredi 25 décembre à 10h
            18h30            10h30
                      19h              11h
          19h30            11h30

Ici aussi les inscriptions sont indispensables.

Nous avons bien conscience que ces décisions vont entraîner pas mal de frustrations, mais surtout restons unis face à cette situation. Portons-nous les uns les autres et encourageons-nous !
Ce manque de célébration nous fait souffrir, mais il a aussi le mérite de nous permettre de toucher à la réalité de certaines communautés chrétiennes, qu’elles soient en Afrique et en Amazonie (où les messes sont rares), mais également dans des Unités pastorales plus proches de nous où il n’y a pas une messe chaque week-end dans chaque église (pensons à Lambermont, Petit-Rechain, Goé, Soiron, Cornesse, Andrimont…,).

Un prêtre espagnol a reçu, récemment, un coup de fil du pape François, qui le remerciait d’avoir rédigé ces quelques lignes poétiques :  »Il n’y aura pas de Noël ? Bien sûr qu’il y en aura un ! Plus silencieux et plus profond, plus semblable au premier Noël, quand Jésus est né, sans beaucoup de lumières sur la terre, mais avec l’étoile de Bethléem, les routes clignotantes de la vie dans son immensité ».

Noël sera là, dans nos cœurs et dans une vraie simplicité.

Réaction des évêques de Belgique du 10 décembre: Léger assouplissement du confinement pour les célébrations religieuses publiques dès ce dimanche

infos de la semaine

Les Évêques de Belgique ont pris connaissance de la proposition du Ministre de la Justice de permettre à 15 personnes maximum (enfants de moins de 12 ans non compris) de se rassembler dans les lieux de culte dès ce dimanche 13 décembre. Ces groupes sont autorisés dans la mesure où on respecte les mesures suivantes : 10 m² par personne (sauf pour les bulles familiales) et les mesures de sécurité prescrites (désinfection, port du masque buccal, distanciation requise).

Cet assouplissement de 4 à 15 personnes permet aux paroisses d’accueillir davantage de fidèles pour la prière, pour un moment de méditation, allumer une bougie, une visite à la crèche ou offrir un don aux plus démunis. Beaucoup, en ces temps difficiles, usaient déjà individuellement de ces possibilités. Ce léger assouplissement offre de nouvelles opportunités dont celle de se rendre à l’église en famille ou en groupe. Nous réitérons notre appel à garder les églises ouvertes autant que possible et à offrir un bon accueil.

Dès ce dimanche, on pourra célébrer un moment de prière ou la liturgie en particulier l’eucharistie, à 15 (enfants de moins de 12 ans non compris). Les paroisses locales et les unités pastorales décideront de cette possibilité en tenant compte des éventuelles directives de leur diocèse. Les dimanches ordinaires et plus encore la veille et le jour de Noël, de nombreux fidèles se verront malheureusement refuser l’entrée. Les messes de minuit n’auront pas lieu suite au couvre-feu. En semaine aussi, l’eucharistie pourra être célébrée selon les mêmes règles.

Au cours des prochaines semaines de confinement, les célébrations dominicales diffusées à la radio et à la télévision demeureront pour la plupart des fidèles, le moyen par excellence d’être unis à l’eucharistie. Les messes diffusées par la RTBF radio et télévision, les radios RCF et la télévision KTO offrent aussi des possibilités. En outre, plusieurs télévisions locales diffuseront une célébration de Noël en collaboration avec les diocèses.

Les Évêques soulignent que ce léger assouplissement du confinement ne doit nullement donner l’impression d’une diminution de la gravité de la pandémie. Une fois de plus, ils expriment leur solidarité avec le Gouvernement, le secteur des soins de santé et tous ceux qui luttent sans relâche contre le virus. Ils méritent tout notre soutien.

Ensemble, nous surmonterons la pandémie.

SIPI – Service de presse de la Conférence des Évêques de Belgique
Bruxelles, le 10 décembre 2020

Pour notre unité pastorale

À l’heure où le feuillet paroissial est rédigé, le jeudi 10 décembre en soirée, nous sommes quelques heures après cette annonce. Nous n’avons évidemment pas eu le temps d’envisager réellement et concrètement ce qui est possible, envisageable et raisonnable au vu de ces nouvelles données. Pour rappel, nos célébrations dominicales habituelles réunissent entre 300 et 400 personnes par weekend. Les célébrations de Noël des 24 et 25 décembre réunissent entre 800 et 900 personnes. Le curé avec son équipe pastorale vont chercher les solutions qui permettront de vivre au mieux cette période difficile pour tout le monde. Merci de votre patience et de votre compréhension.

Que malgré ces différentes épreuves, le Seigneur nous guide dans cette période de l’avent, dans cette attente de son avènement. Préparons en nos cœurs la route au Seigneur, car il vient nous visiter.
Que Dieu vous garde et vous bénisse.

Connaissez-vous vraiment nos 5 paroisses (5)

L’Immaculée-Conception de Mangombroux

L’église actuelle n’a pas encore un siècle, puisque sa construction a commencé en 1923 et s’est achevée 2 années plus tard, en 1925. L’Europe occidentale des XIXe et XXe siècles ont vu la construction de très nombreuses églises pour suivre la tendance démographique galopante, notamment liée à la révolution industrielle.

Photo de Thomas Sabbadini

Mais l’histoire ne commence pas au XXe siècle. Au lieu-dit « Mangombroux », 3 membres de l’Ordre des Frères Mineurs Récollets, une déclinaison des franciscains, viennent installer un ermitage au XVIIe siècle. Ordre profondément missionnaire, leur prédication et leur enseignement se fait dans la langue locale: le wallon. Leur prédication est très appréciée par les habitants des alentours et viennent amplement se mettre à leur écoute. En 1765, Mathieu David obtient l’autorisation de ses supérieurs pour construire une petite chapelle liée à l’ermitage.

Photo de Thomas Sabbadini

Le temps avance et la pression démographique est telle que, au début du XXe siècle, l’abbé Beuvens, curé de St-Hubert, Heusy, ainsi que plusieurs paroissiens s’attèlent à la construction d’une plus grande chapelle. Cette dernière est inaugurée en 1909 et dédicacée à Sainte Marie. L’abbé Fettweis en devient alors officiellement le chapelain. La grande fréquentation oblige cependant à envisager très vite la construction d’un bâtiment plus spacieux. C’est ainsi que le projet de construction d’une église nait. Des fonds sont levés et le projet peut démarrer, mais comme bien d’autres rêves, il fut brutalement interrompu par la première guerre mondiale. C’est finalement en 1922 qui le projet reçoit toutes les validations et le chantier peut commencer. Le bâtiment que nous connaissons encore de nos jours est consacré comme église dédicacée à l’Immaculée Conception en date du 19 avril 1925. Enfin, en 1927, elle devient une église paroissiale, avec l’abbé Fettweis comme curé, lui qui a tant œuvré pour cette communauté.

L’Immaculée Conception de Marie:
dévotion ancienne, formulation récente

La dévotion à l’Immaculée Conception de Marie trouve déjà ses origines chez les Pères de l’Église, et même si la manière d’en parler est éloignée de la nôtre, elle apparait déjà dans des textes de plusieurs Pères Orientaux du IVe siècle. C’est au Xe siècle que cette dévotion arrive dans l’occident chrétien. Cela reste un sujet de débat et de querelle théologique durant tout le Moyen-Âge central et le Bas Moyen-Âge. Après une acceptation progressive tant dans la pratique concrète que dans la théologie mariale, cela aboutira à une définition dogmatique promulguée par le pape Pie IX le 8 décembre 1854. L’Immaculée Conception de Marie devient alors le troisième dogme marial de l’Église catholique romaine. Cette décision sera reconnue plus tard comme étant la première fois de l’histoire où le Saint-Père utilisera son infaillibilité pontificale. La seconde et dernière à ce jour fut la proclamation et la définition du quatrième dogme marial: l’Assomption de Marie en 1950.

Parler de Marie, c’est rarement parler de Marie seule. En effet, les deux premiers dogmes mariaux parlent surtout de Jésus. Dire que Marie est Mère de Dieu, c’est proclamer que Jésus est déjà pleinement Dieu et pleinement homme dès sa conception. Lorsque l’on utilise le vocable de Vierge Marie, c’est pour indiquer la conception virginale du Christ. Le sujet central est le Christ, et ces dogmes montrent la participation exceptionnelle de Marie au plan de Dieu dans la conception de Jésus et dans sa maternité divine. Cela fait partie intégrante des nombreuses controverses sur la nature du Christ. Mais lorsque l’Église parle de Marie 14 siècles plus tard, ces controverses sont éteintes depuis longtemps. C’est l’ecclésiologie qui est au centre du débat: qu’est-ce qui l’Église? Alors, on regarde les diverses grandes figures et on y cherche un idéal. Personne n’est mieux placé que Marie pour être l’idéal catholique. Et toute l’Église catholique scrute alors la figure de Marie pour y chercher un modèle. C’est ainsi qu’est alors définie l’Immaculée Conception de Marie comme suit:

Nous déclarons, Nous prononçons et définissons que la doctrine qui enseigne que la Bienheureuse Vierge Marie, dans le premier instant de sa Conception, a été, par une grâce et un privilège spécial du Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée et exempte de toute tache du péché originel, est révélée de Dieu, et par conséquent qu’elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles.

La formulation parle de Marie et dit qu’une grâce toute particulière lui a été accordée, la préservant de la moindre trace du péché originel. Pour faire simple, il y a deux éléments principaux.

Notre-Dame de Lourdes
« Que soy era Immaculada Counceptiou »
« Je suis l’Immaculée Conception »

D’une part, c’est une grâce. C’est un don gratuit de Dieu, pas une obligation, ni une conclusion à tirer clairement des Écritures ou de la Tradition.

D’autre part, la préservation de Marie ne lui retire pas son humanité, sa capacité de choisir ou sa liberté, c’est plutôt à comprendre comme une capacité à discerner le bien du mal hors du commun, sans jamais être entravée pour faire le bien qu’elle désire accomplir. De manière imagée, devant un choix, il est courant de représenter l’opposition entre le bien et le mal par un petit ange indiquant le bien et un petit diablotin indiquant le mal. Si l’on suit cette image, pour Marie, il n’y a pas de diablotin.

Ainsi, Marie devient le modèle de la personne humaine qui a déjà accompli en sa vie toutes les grâces du salut. Dès sa vie terrestre, elle était pleinement sauvée par Dieu. Et ainsi, elle indique aussi un idéal pour toute l’Église, qui est appelée à être emplie des grâces du salut, et à en devenir porteuse pour toute l’humanité. Nous avons encore du chemin à faire, mais Marie pourra toujours nous aider, comme point de repère dans la foi en Jésus-Christ, personnellement et communautairement.

Bonne fête de l’Immaculée Conception de Marie à toutes et à tous!

Connaissez-vous vraiment nos 5 paroisses (4)

Nos églises et leur saint patron : Saint Nicolas

Dans certains écrits, il apparaît que dans les années 1300, il y avait à Stembert une vénérable chapelle, dont on trouve trace dans un testament de 1334. A cette époque la paroisse de Verviers s’étendait sur tout le territoire du ban c’est-à-dire Verviers, Stembert, Heusy, Andrimont, Ensival, Theux, Lambermont et Limbourg. Au milieu du 16ème siècle, dans Verviers et Stembert le calvinisme s’est répandu et les catholiques stembertois veulent que leur chapelle dédiée à Saint-Nicolas devienne église paroissiale. En 1591, la paroisse de Stembert est créée se séparant de la paroisse de Verviers car le nombre de fidèles est trop important pour la charge d’un seul curé. Le tracé des limites de cette paroisse n’est pas connu avec précision mais ce que l’on sait c’est qu’elle englobait les territoires de Stembert, Heusy, Mangombroux et Surdents. En 1780, le magistrat de Stembert a la permission de commencer l’édification de la grande nef qui fut terminée en mai 1785.En 1818, on refond la seconde cloche qui était fêlée, en 1837, remplacement des bancs et d’une partie du mobilier, en 1852 reconstruction du beffroi de la tour de l’église devenue caduque. En 1880, une reconstruction du toit est nécessaire, il faudra de nouveau le restaurer en 1920 et durant cette dernière décennie il a été refait complètement. En 1962, le poêle chauffant l’église sera remplacé par le chauffage actuel. Sa décoration est marquée principalement par un maître autel d’allure triomphale porté par quatre colonnes torses aux chapiteaux corinthiens qui encadrent une descente de croix attribuée à Barthélemy Vieillevoye (Verviers 1798- 1845). Les 14 stations du chemin de croix furent exécutées par Jean Simon Renier vers l’année 1839.

Photo de Thomas Sabbadini

Les 14 stations du chemin de croix furent exécutées par Jean Simon Renier vers l’année 1839. La statue de Notre Dame et de Saint-Nicolas furent installées en 1860. Le 17 février 1913, il fut décidé d’installer un baptistère installé du côté droit de la tour et c’est l’entreprise Nizet et Frères de Stembert qui le construisit. Le tabernacle provient de la chapelle du couvent du domaine de Séroule et contient un velours brodé figurant des anges. La table d’autel est constituée d’un marbre provenant de la chapelle de l’institut Saint-Michel. La première cloche existait avant 1564. C’est à cette époque qu’elle est mentionnée pour la première fois dans une documentation. Celle-ci fut refondue et remplacée par trois cloches. La plus grosse, la plus ancienne date de 1699 ; deux autres cloches de plus petite taille viennent compléter le carillon. Ces deux dernières furent enlevées et refondues par l’armée allemande en 1943. En 1955, deux nouvelles cloches au nom de Gabrielle et Marie-Thérèse furent installées. L’orgue a été installé dans la seconde moitié du siècle dernier par la firme Pereboom et Leyser de Maastricht. Il fut remis en état en 1965 par le facteur d’orgues André Thomas de Ster.

Photo de Thomas Sabbadini

Travaux réalisés à l’église ces dernières années

2017 : Restauration de la toiture de l’église, côté Place de l’Eglise
2012 : Restauration de la toiture de l’église, côté cimetière
2009 : Remplacement de la chaufferie
2004 : Réparation du clocher
1997 : Restauration des peintures des stations du chemin de croix
1996 : Relevage de l’orgue
1992/1993 : Restauration complète de l’église

Saint Nicolas, un saint connu de tous

Photo de Thomas Sabbadini

Je suis né en Turquie en 270. Mes parents étaient riches, ils aimaient partager et priaient beaucoup. Ma maman, Anne était la sœur de l’évêque de Myre. Malheureusement, mes parents vont mourir dans une épidémie de peste, cette maladie terrible alors que je suis encore très jeune. L’argent et le commerce ne m’intéressent pas, je veux rendre la vie des personnes de ma région plus belle, les rendre heureux et pour cela je puise dans mes propres deniers. Durant ma vie, j’ai pu sauver de la mort trois officiers qui avaient été condamnés alors qu’ils n’étaient pas coupables. J’ai aussi sauvé trois enfants qu’un boucher avait enfermés dans des tonneaux qu’il avait mis au fond de la cave. C’est pour cela que les tonneliers m’ont choisi comme patron. Légendes ou réalités à vous de choisir.  A la mort de mon oncle, l’évêque de Myre je l’ai remplacé, j’ai été ordonné évêque. J’ai continué à faire le bien autour de moi en donnant par exemple, de l’argent aux trois filles de mon voisin pour qu’elles puissent se marier. J’ai aussi prié Dieu d’apaiser une tempête pour sauver les marins et les pêcheurs qui étaient sortis en mer et Dieu m’exhaussa. Je devins alors le Saint Patron des pêcheurs, des marins, des voyageurs et des pèlerins. J’ai participé à la première grande réunion des évêques, un concile qui se déroula à Nicée. Durant cette réunion qui dura plusieurs semaines, nous avons écrit une prière que l’on dit encore aujourd’hui dans les églises qui s’appelle le symbole de Nicée (crédo). Celui-ci permet aux chrétiens de redire leur foi. Quelque temps après ce concile, aux environs de 345, je mourus un 6 décembre et lorsque l’on m’enterra, de mon tombeau se mit à couler une huile, celle avec laquelle je pratiquais des onctions. La ville de Myre tomba aux mains des Turcs qui ne croyaient plus en Dieu. Alors de courageux marins enlevèrent mes reliques et les transportèrent en Italie dans leur ville qui s’appelle Bari. Ils construisirent une magnifique église pour que l’on puisse venir me prier. Les Italiens et plus précisément les Romains avaient entendu parler de moi et des miracles que j’avais faits. En l’an 1000 à Rome, il y avait déjà 85 églises, chapelles, couvents et hospices qui portaient mon nom. Je suis le patron de deux pays, la Grèce et la Russie, je suis le patron des écoliers, des débardeurs, des bateliers, des pêcheurs et des marins, des tonneliers et des brasseurs, des voyageurs et des pèlerins et enfin on me prie pour être protégé des voleurs. Voilà j’espère que vous me connaissez encore mieux et n’oublier pas de dire à vos enfants, petits-enfants que lorsqu’ils prient je suis auprès d’eux.

Christian Ledy,

6 décembre 2020