Ressuscité, le Fils est élevé auprès du Père !

<a href="http://&lt;!– wp:paragraph –> <p><strong>Ressuscité,</strong></p> <!– /wp:paragraph –> <!– wp:paragraph –> <p><strong>le Fils est élevé auprès du Père !</strong></p> Infos de la semaine

Feuillets du 6ème dimanche de Pâques
<a href="http://&lt;!– wp:paragraph –> <p><strong>Ressuscité,</strong></p> <!– /wp:paragraph –> <!– wp:paragraph –> <p><strong>le Fils est élevé auprès du Père !</strong></p> Marie-Médiactrice
<a href="http://&lt;!– wp:paragraph –> <p><strong>Ressuscité,</strong></p> <!– /wp:paragraph –> <!– wp:paragraph –> <p><strong>le Fils est élevé auprès du Père !</strong></p> Saint-Nicolas
<a href="http://&lt;!– wp:paragraph –> <p><strong>Ressuscité,</strong></p> <!– /wp:paragraph –> <!– wp:paragraph –> <p><strong>le Fils est élevé auprès du Père !</strong></p> Saint-Hubert
<a href="http://&lt;!– wp:paragraph –> <p><strong>Ressuscité,</strong></p> <!– /wp:paragraph –> <!– wp:paragraph –> <p><strong>le Fils est élevé auprès du Père !</strong></p> Sainte-Julienne

Chers paroissiens, chers lecteurs,

Nous nous rapprochons de la fin du temps pascal qui se clôture par la fête de la Pentecôte qui est toujours précédée dix jours avant, par celle de l’Ascension du Seigneur !

Quand on ne prend pas le temps de découvrir et d’accueillir la beauté et la joie de cette fête de l’Ascension, le fait que ce soit une fête concernant le départ de Jésus, cela pourrait paraitre un peu contradictoire pour certains.

En effet, qui dit fête dit réjouissance ou expression de joie, on se réjouit de quelque chose qui est agréable et qui mérite d’être fêté !

Or, l’Ascension c’est le départ de Jésus qui quitte ses disciples, qui se sépare de ses amis pour retourner dans l’intimité du Père. A peine ressuscité, Jésus s’en va au moment où ses disciples commençaient à se réjouir vraiment de sa présence en leur compagnie et à y voir un peu plus clair après les tâtonnements, les doutes et les craintes qui ont clairement montré qu’ils avaient eu du mal à entrer dans le mystère de la résurrection ! Comment peut-on se réjouir du départ d’un proche ou d’un ami intime ?

En réalité l’Ascension n’est pas la fête du départ du Christ qui prend congé de ses amis ! Cet événement doit être plutôt perçu et vécu comme une charnière où le Christ achève sa mission qu’il transmet aux disciples afin que l’Eglise, corps du Christ, se construise !

L’Ascension est donc une fête en ce sens que le mouvement que Jésus opère de ce monde vers le ciel et vers le Père signifie qu’il a accompli victorieusement sa propre mission. Tout est accompli, il peut désormais s’élever de terre pour rejoindre le Père, là où nous espérons le rejoindre un jour !

C’est pour cela que liturgiquement, on peut exprimer la joie de l’Ascension et la signifier par une belle décoration florale par exemple autour du cierge pascal, devant l’autel, pourquoi pas, si possible, à d’autres endroits de l’Eglise !

Etant donc l’une des fêtes du temps pascal, l’Ascension nous donne de contempler l’extraordinaire bonté de celui qui nous quitte, pas pour nous abandonner seuls, mais pour mieux nous attirer vers lui !

Avec son départ, il nous dit aussi toute sa confiance puisqu’il compte sur les disciples pour poursuivre la mission qu’il leur précise clairement : proclamer la bonne nouvelle à toute la création. On peut dire que c’est une mission qui parachève l’Eglise puisqu’elle lui donne une ligne directrice.

Un autre élément qui prouve que le Seigneur quitte les disciples mais ne les abandonne pas comme quelqu’un qui se retire définitivement et leur demande de tirer leur plan tout seuls, c’est que l’Evangile dit bien qu’il « travaillait avec eux » ! Cela veut dire qu’ils ne profitent pas de sa présence physique, mais il est présent pour les épauler dans leur mission en confirmant par les signes prodigieux la Parole qu’ils annonçaient.

Bien entendu le Ressuscité, le Christ, hier, aujourd’hui et demain, continue de soutenir son Eglise et ses disciples d’aujourd’hui, particulièrement les membres du clergé, dans la même mission de chasser les esprits mauvais par leurs prières, d’apaiser le mal de ceux qui souffrent par le sacrement des malades, mais aussi en s’efforçant de parler le langage de la vérité qui doit être toujours un langage nouveau. Ce langage peut ne pas plaire à tout le monde, il peut être un langage gênant et dérangeant pour le monde extérieur à l’Evangile, mais un langage nécessaire pour que la mission se poursuive tout en étant habité par l’ultime conviction qu’avec Celui qui la leur a confiée, les serpents de l’hypocrisie ou les poisons de la haine ne peuvent avoir sur eux nulle prise.

En définitive, « en élevant son Fils auprès de lui, le Père a donné à l’Eglise sa propre force, celle par laquelle il a ressuscité Jésus d’entre la mort »

Puisse le Seigneur ouvrir notre cœur à toutes et tous pour nous faire suffisamment prendre conscience de la richesse de cet héritage sans prix qu’il a voulu déposer entre nos mains et de la puissance infinie qu’il déploie pour nous les croyants et disciples de son fils d’aujourd’hui.

Joyeuse fête de l’Ascension !

Oscar MUREKEZI, votre curé

ASBL « CARREFOUR SAINT REMACLE »

RUE DES RAINES,6 – 4800  VERVIERS

  Madame , Monsieur ,

                                       Par la présente, nous vous présentons un projet déjà bien en route : LE CARREFOUR SAINT REMACLE – ASBL à VERVIERS pour lequel nous sollicitons des soutiens financiers importants.

                                      Il s’agit d’aménager au cœur de la ville de VERVIERS et au service des quatre UNITES PASTORALES DU DOYENNE DE VERVIERS un vaste complexe de locaux pour assurer une plus grande visibilité de la présence catholique à Verviers et dans toute la région. C’est un véritable défi face à la pauvreté et au monde pluriculturel avec une forte présence musulmane. Notre Eglise locale a besoin d’un souffle nouveau face à ces deux défis.

                                      Dans ce bâtiment, nous allons bientôt accueillir une communauté religieuse internationale de 4 Dames de l’Instruction Chrétienne (DIC) à la demande de notre Evêque. Dans notre doyenné, il n’y a actuellement plus aucune communauté religieuse ! C’est donc un signe d’espérance puisque cette nouvelle communauté aura pour mission essentielle l’évangélisation avec une priorité pour la pastorale des jeunes.

Ne trouvant aucun lieu adéquat au cœur de la ville de Verviers, l’ASBL Décanale de Verviers a conclu une convention avec l’ASBL Carrefour Saint Remacle (bâtiment situé rue Saint Remacle,21 à Verviers) et y a investi le produit de la vente de deux propriétés (l’ancien couvent des Capucins qui  a abrité le CMK et une ancienne maison paroissiale rue du Viaduc). Les travaux sont en cours et sont très onéreux : recours à un architecte – aménagement complet du lieu : accueil / 5 chambres aux normes / nouveaux châssis / remplacement complet de la toiture/ salle de séjour et cuisine équipée / sanitaires / oratoire / protections diverses notamment pour l’incendie / internet, etc…

                                        Dans ce même lieu, ont été construits de nouveaux locaux pour accueillir le Service Social jadis implanté au CMK et qui reçoit de nombreuses familles précarisées : salle d’attente / bureau pour l’assistante sociale/ lieux de distribution et de stockage des vivres aux normes de l’Afsca / sanitaires, etc… C’est le plus important service d’entraide de Verviers avec une moyenne de 450 bénéficiaires (enfants, adultes et séniors).

                Nous allons aussi rénover une salle de réunions et de rencontres qui manque fortement dans notre doyenné.

               La configuration du bâtiment nécessite d’importants travaux.

               Le « CARREFOUR SAINT REMACLE » deviendra donc un lieu pastoral et social et une vitrine de l’Eglise locale pour toute la région de Verviers et sera un témoignage d’une nouvelle vitalité en cette période de crise identitaire.

             Ce projet innovant est audacieux et prophétique…mais il est aussi très onéreux et nous avons besoin de fonds supplémentaires pour mener jusqu’au bout les engagements que nous avons pris.

             Nous nous permettons donc de vous adresser en confiance cet appel à votre générosité pour nous soutenir.

              Les dons peuvent être versés au compte de l’ASBL CARREFOUR SAINT REMACLE :  BE 26 0689 34 27 51 29.

               D’autre part, le Conseil d’administration de CARITAS SECOURS LIEGE nous soutient en acceptant que des dons soient défiscalisés à partir de 40 euros par an via leur compte : BE 04 2400 8007 6231 avec la communication du numéro de dossier ouvert :  projet 732 366. Nous les remercions de leur accord.

                Bien entendu, nous nous tenons bien volontiers à votre disposition pour tout complément d’information et serions très heureux de vous accueillir au « Carrefour Saint Remacle » pour y visiter le chantier en cours ou pour vous inviter lorsque les travaux seront terminés.

                  En vous remerciant déjà de votre solidarité par l’accueil réservé à notre demande, nous vous présentons nos très cordiales salutations.

                              LES ADMINISTRATEURS DE L’ASBL :

Abbé Stanis KANDA,doyen de Verviers – Martine CAUCHETEUX-LANGLOIS- Dominique KNOTT – Marc LEMAIRE – Alfred VANDERSRTAETEN – Jean René THONARD.

SOUS LE REGARD DE MARIE, MERE DU CHRIST ET NOTRE MERE, FÊTONS NOS ENFANTS POUR LA PREMIERE DE LEURS COMMUNIONS !

Infos de la semaine

Feuillets du 5ème dimanche de Pâques
Saint-Hubert
Sainte-Julienne

Chers paroissiens, chers lecteurs,

Il y a quelques semaines nous vous parlions de la reprise des premières communions dans notre Unité pastorale. Il s’agit bien entendu des enfants qui étaient en cheminement avant l’arrivée de cette pandémie du Covid-19.

Comme ils n’avaient pas pu aller jusqu’au bout de leur cheminement à cause des confinements successifs et des mesures sanitaires contraignantes et restrictives, ils ne pourront pas non plus recevoir la première de leurs communions selon le calendrier initial.

 Il a fallu attendre et ce n’est que tout dernièrement que nous avons organisé une rencontre de préparation immédiate au sacrement en nous focalisant sur ce qui leur restait à voir dans leurs modules préalables !

Pour ceux d’entre eux qui ont manifesté le désir de faire maintenant leur 1ère communion sans attendre de pouvoir vivre les grandes célébrations communes comme on le fait d’habitude, nous avons établi un horaire pour leur permettre de le faire et dès ce week-end du 1er mai, nous commençons à les accueillir. En tout ils sont 14 enfants pour mai et juin. Nous leur réservons 5 places par famille, l’enfant avec sa maman et son papa, puis la marraine, le parrain et un autre adulte.

Cela veut dire que dans les paroisses où il y en aura, le nombre de paroissiens habituels à inscrire pour la messe sera réduit à 10. Je préfère vous le dire pour que vous sachiez quand, en voulant réserver pour la messe, on vous dira peut-être qu’on est déjà au complet !

C’est donc encore plus compliqué, mais d’autre part c’était une nécessité d’accueillir ces enfants et leur famille si on veut éviter d’être en difficulté dans les mois à venir à cause des retards de célébrations accumulés.

Merci de faire preuve de compréhension et je compte sur vous pour réserver un très bon accueil à ces familles.

Vous êtes certainement nombreux à vous poser aussi la question concernant l’organisation de la Profession de Foi de votre enfant.

Certains parents nous ont appris qu’ils ont reçu récemment un mail de Mme Lemaitre. Mon Equipe pastorale et moi-même n’ayant pas reçu ce courrier, nous ne nous prononçons pas sur le contenu de son message, nous laissons Mme Lemaitre responsable de ses paroles et pour les parents qui ne sont pas au courant, sachez que Mme Lemaitre et quelques catéchistes ne font plus partie de l’équipe d’animation.

Nous tenons surtout à vous informer que nous avons éprouvé beaucoup de difficultés à récupérer la liste des enfants de la catéchèse, ceci explique partiellement le retard à vous contacter.

Vous connaissez tous aussi les conditions sanitaires qui ne nous permettent pas d’organiser la catéchèse de manière ordinaire.

Nous espérons que les mesures à venir nous permettront d’organiser les Professions de foi comme l’année dernière : deux journées entières de catéchèse à la fin août et/ou au début septembre, puis des célébrations fin septembre et début octobre.

Nous espérons que vous comprendrez les difficultés auxquelles nous devons faire face et notre obligation de nous adapter continuellement aux règles sanitaires.

Comme le mois de mai est celui de Marie, je nous confie toutes et tous à Notre Dame de Banneux, la Vierge des Pauvres pour que, dans nos peines et nos joies, nos fragilités, nos difficultés et interrogations, elle puisse continuer à nous tendre sa main maternelle qui ne fléchit jamais.

Nous avons deux paroisses qui lui sont dédiées, l’Immaculée-Conception à Mangombroux et Marie-Médiatrice aux Hougnes, mais aussi dans toutes nos églises nous y avons « Marie », n’hésitez pas à la fleurir par exemple tout en intensifiant notre prière avec elle.

Oscar MUREKEZI, votre curé

Le week-end des vocations.

Infos de la semaine

Feuillets du 4ème dimanche de Pâques

Immaculée Conception
Marie-Médiatrice
Saint-Nicolas
Saint-Hubert
Sainte-Julienne


Que chaque baptisé découvre son appel !

Ce week-end, nous prions pour les vocations, nous prions donc pour chaque baptisé. Souvent quand nous entendons le mot vocation, nous pensons directement aux prêtres, diacres, religieux et religieuses alors que chaque baptisé est appelé à s’inscrire dans le projet que Dieu a pour chacun. Dieu connaît nos cœurs et Il est capable d’y inscrire un idéal de vie au quotidien. La vocation, c’est ce qui nous permet de dessiner nos vies, de les régénérer au jour le jour. Notre vie ordinaire, celle de tous les jours devient quelque chose d’extraordinaire par l’épanouissement de notre vocation de père et mère de famille, de laïc engagé, de célibataire, de religieux, de religieuse, de prêtre, de diacre. Notre profession peut aussi être une vocation si nous l’accomplissons dans l’esprit de l’Evangile. Le Pape François a dédié cette année à Saint Joseph, au travers de sa vocation ; il commente nos vocations d’aujourd’hui en utilisant trois mots-clés :  le rêve, le service et la fidélité. Reprenons chacun de ces mots :

Le rêve : tous nous avons envie que notre vie se réalise au mieux, pour qu’elle nous rende heureux. Nous avons tous nos rêves et ce n’est pas parce que ce sont des rêves qu’ils sont inaccessibles, le rêve n’est pas une utopie. Dans la bible, dans les Evangiles, nous voyons qu’à la base de plusieurs vocations, il y a un songe, un rêve induit par Dieu dans le cœur de l’homme. A chaque âge, nous avons nos rêves qui nous permettent de nous construire, de nous réaliser mais nos rêves sont aussi appelés à évoluer à la lumière de nos expériences mais aussi à la façon dont nous pouvons interpréter les signes que Dieu nous envoie. Dieu n’aime pas se révéler de manière spectaculaire, Il se révèle à nous comme un Père avec douceur tout en respectant notre liberté et notre identité. Ces rêves doivent être discernés, apprivoisés et ce discernement est l’œuvre de l’Esprit-Saint, Esprit de Dieu qui ouvre le cœur de chacun. Dieu nous propose parfois des objectifs élevés que nous ne penserions pas atteindre, parfois ces objectifs sont aussi surprenants. L’appel divin pousse toujours à sortir de son confort, à aller plus loin, à se donner ; il n’y a pas de foi sans risque ; quand nous croyons en quelque chose, en quelqu’un il y a toujours une possibilité que notre rêve ne se réalise pas.

Le service : le fil rouge de notre vie est le mot amour, amour donné, amour reçu. C’est cela qui fait la richesse, la beauté de notre vie. Notre vie nous la possédons mais nous ne la gardons que si nous l’offrons pour le bonheur des autres, c’est d’ailleurs ce qui conditionne en partie notre bonheur. Le plus bel exemple de service est celui que nous trouvons dans les Evangiles au travers de la vie de Jésus-Christ. Chacune de nos vocations nait du don de soi, le service est donc l’expression concrète du don de soi. Le service demande aussi de savoir s’adapter aux circonstances de vie, s’adapter aux autres sans jamais se laisser désespérer et en reprenant courage si la vie ne tourne pas comme l’on voudrait, ceci augmente la disponibilité et la motivation de celui qui veut servir. Le service que nous pouvons offrir devient alors signe d’Eglise car il est le témoignage d’une vie touchée par l’amour de Dieu.

La fidélité : la fidélité dans notre vocation s’exprime dans son discernement mais aussi dans son vécu. Les décisions que nous devons prendre se méditent, se pondèrent, l’empressement étant souvent un mauvais conseiller laissant la place belle à l’instinct. Notre vocation tout comme notre vie mûrit à travers la fidélité de chaque jour. Dieu tout au long de l’histoire de l’homme nous a montré sa fidélité. C’est dans celle-ci que la nôtre se nourrit et grandit.

En conclusion, la vocation est une réponse au dessein de Dieu pour nous, elle s’exprime en toute liberté. Elle évolue au rythme de notre vie et se vit dans la confiance, dans la foi que nous avons en notre créateur. C’est une source de bonheur car elle est offerte pour rendre grâce à Dieu tout en aimant les autres, elle nous fait grandir, évoluer. Puissions-nous profiter de cette semaine pour nous demander ce à quoi Dieu nous appelle aujourd’hui. Quelle est ma place dans l’Eglise, que puis-je encore offrir à notre Eglise. Le Pape François nous dit : « C’est la joie que je vous souhaite, frères et sœurs, qu’avec générosité, vous qui avez fait de Dieu le rêve de votre vie, pour le servir dans les frères et les sœurs qui vous sont confiés à travers une fidélité qui est déjà en soi un témoignage. »

                                                                                          Christian Ledy.

COMMENT ALLONS-NOUS VIVRE PÂQUES ?

Infos de la semaine

Feuillets du 3ème dimanche de Carême
Immaculée Conception
Marie-Médiatrice
Saint-Nicolas
Sainte-Hubert
Sainte-Julienne

Chers Paroissiens chers lecteurs,

Dernièrement je disais que le temps passe vite. Nous cheminons toujours en carême et nous nous rapprochons progressivement de la fête de Pâques. Nous attendons tous impatiemment que les éventuelles nouvelles mesures gouvernementales tombent car nous aspirons à un certain assouplissement, notamment le nombre de personnes autorisées à participer à nos offices !

Personnellement je ne me fais pas beaucoup d’illusion quant au moindre changement d’ici Pâques ! C’est pour cela que nous vous donnerons l’horaire de la Semaine Sainte jusqu’au lundi de Pâques dès la semaine prochaine et nous vous communiquerons en même temps les modalités d’inscription, je vous encourage déjà à penser aux autres en évitant de vous inscrire à tous les offices, chaque jour, ce qui donne la chance aux autres de pouvoir eux aussi participer à une célébration !

Nous avons aussi pensé à ceux qui ont envie de se laisser toucher par la grâce du Seigneur par une démarche personnelle dans le sacrement de la réconciliation.  Nous nous mettrons à votre disposition aux dates que vous découvrirez la semaine prochaine ainsi que deux rendez-vous pour les célébrations communautaires réservées prioritairement  pour ceux qui n’auront pas la possibilité de faire une démarche individuelle.

Je me permets quand même d’attirer votre attention sur les messes de semaine : le nombre autorisé reste toujours 15 personnes ! cela me fend le cœur de devoir vous le demander encore une fois, mais pour éviter la fameuse amende de 4.000€ aux transgresseurs—et vous savez bien que nos Fabriques d’Eglise n’ont presque plus rien comme recettes des collectes paroissiales—, sans oublier les 250€ pour chaque personne présente, ne nous mettons pas en difficulté ! Pour cela, avant de vous installer, donnez-vous la peine de compter pour vérifier si on n’a pas dépassé le nombre. Je sais qu’il y en a qui le font et qui repartent, je les en félicite, mais d’autres  paroissiens ne s’en soucient guère et restent alors qu’ils voient bien qu’on a dépassé le nombre !

Dans un tout autre registre, nous vous informons que nous avons contacté les parents des enfants qui n’ont pas pu faire leur 1ère communion en 2020. Nous leur avons soumis deux suggestions :

· attendre la reprise de grandes célébrations et des assemblées significatives quand les mesures sanitaires seront assouplies mais sans savoir quand cela pourra se mettre exactement

· Permettre aux enfants de recevoir la première de ses communion dans le cadre d’une messe dominicale ordinaire et ce, dans le respect des règles sanitaires.

Nous avons déjà récolté pas mal réponses positives pour cette dernière option, cela va avoir des répercutions sur les réservations des places qui seront encore plus limitées pour les paroissiens habituels. De ce fait, il n’y aura qu’un seul enfant par célébration. En effet si nous réservons cinq places par famille, (les parents, parrain et marraine) il ne restera plus que 10 places pour les paroissiens habituels. Je préfère vous prévenir dès maintenant.

Permettez-moi de terminer par cet appel du Seigneur en ce 3ème dimanche du Carême : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. !»  C’est par ces mots assez forts que Jésus, en colère, demande aux vendeurs du Temple de déguerpir, eux qui, au lieu d’être là au service du vrai culte rendu à Dieu, avaient mis au service de leur commerce le culte rendu à Dieu. Mais au-delà de cet abus des intérêts pécuniaires que fustige Jésus, il nous donne tous, en ce temps de carême, une invitation à purifier le temple de nos cœurs car Dieu est venu faire sa demeure en chacun de nous par notre baptême !

C’est par ces paroles vigoureuses que le Christ invite les vendeurs du Temple à lever le camp ! Les vendeurs devaient être au service du culte rendu à Dieu mais il semble que le rapport se soit inversé. Le culte rendu à Dieu a été mis au service de leur commerce. Mais, au-delà des intérêts pécuniaires, nous pouvons aussi voir dans ce reproche de Jésus une invitation pour nous tous en ce temps de Carême à purifier le temple de nos cœurs. Par notre baptême, Dieu est venu faire sa demeure en chacun de nous. Quelle merveille et quel mystère !

C’est ce que nous rappelle Saint Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens, nos corps sont les temples de l’Esprit Saint : « Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes… (1 Cor 6, 19-20) ! C’est pour cela que le Seigneur Dieu nous donne sa loi, ses commandements, pour nous aider à ne pas tomber dans les esclavages de toutes sortes. Il nous faut accueillir sa loi comme un cadeau de notre liberté et il n’y a rien de mieux que la loi de Dieu car en y obéissant nous éprouvons une vraie joie. Oui, « la loi du Seigneur est parfaite » Ps 18b (19)8,9,10,11

En poursuivant notre cheminement du carême, apprenons donc à vivre dans la grâce de Dieu en fuyant le péché tout en sachant que cela n’est pas seulement une question de bonnes mœurs mais aussi et surtout d’amour pour le Seigneur en créant dans notre âme une place digne de lui. En effet, en nous efforçant de garder un cœur pur, nous nous rendons disponibles pour recevoir tout l’amour de Dieu et en même temps nous nous mettons dans de bonnes dispositions pour répondre à cet amour immense de Dieu pour moi ! 

Demandons toutes et tous au Seigneur de venir transformer notre cœur en une demeure digne de sa présence, après y avoir chassé tout le trafic et le commerce de notre péché, avoir guéri ce qu’il y a de faible et de blessé en nous.

Oscar MUREKEZI, votre curé !