Faire le point entre C et A

Infos de la semaine

Feuillets de la fête du Christ Roi
Saint-Nicolas
Sainte-Julienne

Le mois dernier, nous nous sommes retrouvés lors d’une célébration communautaire qui fut aussi notre journée de rentrée pastorale.

Au vu des conditions sanitaires que nous avons connues, cela ne s’était plus produit depuis un certain temps. Quel bonheur de pouvoir se retrouver et échanger ensemble lors d’un moment plus festif.

Nous espérons pouvoir réitérer d’autres célébrations communautaires pour permettre à tous les paroissiens de notre Unité Pastorale de se retrouver, tous ensemble.

Depuis, de nouveaux chemins ont repris notamment pour des jeunes paroissiens. Pour vingt jeunes adolescents de notre Unité Pastorale, le point culminant est la célébration de leur confirmation ce samedi à l’église de Marie Médiatrice en présence de Monseigneur Delville. C’est un pas important dans leur vie de chrétiens. Félicitations à ces jeunes qui ont choisi de continuer leur chemin dans les pas du Christ.

Ce week-end, c’est la fête du Christ Roi de l’Univers. Avant Vatican II, elle était célébrée le dernier dimanche d’octobre. Depuis, c’est le dernier dimanche de l’année liturgique. C’est une Solennité, c’est-à-dire une célébration liturgique de grande importance.

Nous terminons l’année liturgique C qui mettait en évidence l’Evangile de Luc pour entrer dans l’année A qui nous fera redécouvrir l’Evangile de Mathieu. Ce week-end marque la fin d’une année avant le début d’une autre. Pourquoi ne pas en profiter pour faire le point…

Quand on termine un projet, on se retrouve pour voir ce qui s’est bien passé, ce qui est à améliorer, ce qu’on aurait pu faire…. Nous pourrions faire de même avec la place que nous avons laissé au Christ dans notre vie de chrétiens. Tel un premier janvier qui nous apporte toujours un lot de bonnes résolutions, nous pourrions faire de même avec notre relation à Dieu. Réfléchissons aux bonnes résolutions à prendre et que nous essayerons de tenir avec l’aide et la grâce du Seigneur.

Le temps de l’Avent qui commencera le week-end prochain est un temps d’attente. Il nous permet de nous préparer à la venue de Jésus à Noël. L’histoire raconte que Jésus est né dans une crèche. Et si on transportait cette histoire à aujourd’hui ?
Et si la crèche était notre cœur qu’il faut préparer à recevoir au centre de celui-ci le plus important ? Nous pouvons nous préparer à accueillir celui qui nous aidera à tenir nos bonnes résolutions de la nouvelle année liturgique. Prendre le temps ce week-end de voir ce que l’on souhaite améliorer et ainsi devenir meilleur de jour en jour.

Laissons-nous guider par notre Christ Roi sur le chemin de la nouvelle année

Isabelle Lamblotte, assistante paroissiale

Une fête paroissiale, source de convivialité

Infos de la semaine


Comme chaque année, le week-end passé, avait lieu à Mangombroux la fête paroissiale qui débute le vendredi soir pour se terminer le dimanche après-midi.

Celle-ci est organisée par l’ASBL des œuvres paroissiales qui gèrent les locaux des mouvements de jeunesse et la salle sous l’église. Même si le côté financier est important et nécessaire pour payer les assurances, maintenir les locaux aux normes pour que les jeunes y soient en sécurité, je préfèrerais m’attarder sur le côté citoyen et convivial de l’événement. Il faut quand même signaler que le bénéfice de cette fête est nécessaire pour boucler le budget de l’année.

Un tel événement n’est pas possible sans le dynamisme d’une équipe de plus ou moins quinze personnes qui organisent, gèrent la logistique, la communication, les différentes activités plus variées les unes que les autres allant d’une soirée Quizz à un dîner familial en faisant le détour par un jogging, des concerts, une cave à bières, une bourse aux jouets, une brocante : quelle diversité !

Mais quinze personnes ce n’est pas suffisant, alors on fait appel à des anciens des Unités scoute et guide, aux membres des staffs, aux animés, à certains parents, ce qui génère un climat de convivialité en retrouvant un sens du service et une fraternité que l’on a connue dans les mouvements de jeunesse. Un jeune, ancien chef, me disait : « J’ai pris deux jours de congé au boulot pour préparer et assurer avec d’autres la logistique, ce qui représente le transport du contenu de cinq petits camions. (Château gonflable, jeux pour la fancy-fair, tonnelles, scène et matériel sono pour les concerts…). Mon meilleur souvenir c’est d’avoir partagé tout cela avec mon père. »

Cette fête fait aussi apparaître les richesses culturelles et insoupçonnées de notre quartier, les artistes qui se sont produits sur la scène habitent tous à moins de deux kilomètres de l’église.

Le dimanche matin, certains habitants de la rue Darimont accompagnés d’autres brocanteurs sortent quelques objets pour les vendre lors de la brocante. Ils échangent quelques mots, savourent une tasse de café ou boivent un bon verre ensemble, voilà encore une autre forme de convivialité.

Chaque année, cette fête rencontre un plus grand succès et prend de l’expansion, nous pouvons tous nous en réjouir. N’est-ce pas aussi pour nous qui fréquentons l’église de l’immaculée Conception l’occasion de l’ouvrir et de l’intégrer dans cette fête, faire la messe le dimanche matin, ce qui éviterait le désagrément causé à certains par la musique de l’après-midi. Au sortir de la messe, aller partager un apéritif ou même le repas et que sais-je encore ? Certains moments de cette fête pourraient devenir des moments où nous ferions Eglise parce que nous rencontrerions des frères chrétiens – ou pas – pour améliorer la convivialité de notre société et par notre vécu révéler la grandeur du message chrétien.

Voilà une fête bien réussie et pleine de promesses où beaucoup de personnes s’investissent et qui ne sont pas avares de nouvelles idées.
Accueillons ces initiatives comme des cadeaux permettant à plus de 400 jeunes de vivre des moments épanouissants qui les marqueront pour toute leur vie.                             

Sommes-nous des assemblées dominicales significatives?

Infos de la semaine

Feuillets du 26ème dimanche du temps ordinaire
Marie-Médiatrice
Saint-Nicolas
Sainte-Julienne

Lors des messes de la semaine passée, notre curé Oscar nous faisait part d’une décision prise en concertation avec l’équipe pastorale de conserver l’horaire des vacances pour les messes dominicales et ainsi retrouver des assemblées plus significatives.

Ce qui a précipité cette décision est notamment l’augmentation du coût de l’énergie et notre devoir de soutenir les fabriques d’église face à cette problématique.

Cela a nourri chez moi une réflexion que je voudrais vous partager dans cet édito.  Quand nous entendons « réduction des messes » nous pensons spontanément manque de prêtres. Mais est-ce l’unique raison ? Depuis cette période maudite de covid, nous avons vu nos églises se vider; à l’époque cela était nécessaire pour lutter contre ce virus mais nous espérions retrouver la situation d’avant covid quand celui-ci serait moins agressif. Force est de constater que ce n’est pas encore le cas, des craintes existent encore, de nouvelles habitudes sont prises. Certes le manque de vocation a une influence mais à quoi servirait d’avoir trois messes le dimanche matin dans une même église (situation que nous avons connue dans notre jeunesse) s’il y a une assemblée clairsemée pour faire communion avec le prêtre ?

La situation n’est pas nouvelle et elle préoccupait l’évêque de l’époque monseigneur Jousten qui, en 2006 avec son vicaire général et aidé de la réflexion du service liturgie, publia un document sur nos assemblées dominicales significatives.

Pourquoi nous rassemblons-nous le dimanche et qu’est-ce qu’une assemblée significative ?

Le vicaire général nous disait : « l’assemblée dominicale est un haut lieu de l’identité chrétienne individuelle et communautaire. Répondant à l’appel de son Seigneur, nous sommes convoqués à faire Eglise et à célébrer le Christ ressuscité. ». C’est donc un acte de nature et de portée communautaire : comme membre du corps du Christ.

Après ce petit rappel, il est bon de se poser la question : qu’est-ce qu’une assemblée significative ? Cette question est de l’ordre du discernement et ne répond en rien à un critère mathématique mais plutôt quand nous nous rassemblons, sommes-nous signes du Royaume? C’est d’autant plus facile de l’être si nous sommes nombreux et diversifiés. Une assemblée significative est une assemblée participante et non une assemblée consommatrice, une assemblée qui se prend en charge par les différentes compétences que l’on y rencontre, n’obligeant pas le prêtre à cumuler les tâches et les services. Comment la communauté qui se rassemble s’intègre-t-elle dans les dimensions de la mission de l’Eglise (annonce de la foi, catéchèse, solidarité) ? Une assemblée qui fait preuve d’ouverture et de possibilité d’accueil les uns avec les autres mais aussi avec des personnes extérieures à nos communautés. Une communauté capable de soigner et de faire vivre la liturgie et enfin une communauté menée par un pasteur qui est partie prenante de la vie de celle-ci.

Cette chronique n’a qu’un seul but : se rappeler l’importance de faire communauté et d’y vivre. Dans notre unité pastorale, nos communautés sont encore bien vivantes et remplies de ressources, il nous faut reprendre courage cela dépend de notre survie. Ni l’augmentation du coût de l’énergie ni le manque de vocations ne seront des raisons suffisantes pour rassembler nos communautés dans des mégas unités pastorales. Alors que nous allons recommencer une nouvelle année, laissons-nous porter par l’Esprit-Saint et faisons nôtre la maxime de Sainte Mère Teresa qui nous disait « yalla », c’est-à-dire en avant.

                                                                                                                         Christian Ledy.

La rentrée, une création et de nouveaux chemins

Infos de la semaine

Feuillet du 25ème dimanche du temps ordinaire

Saint-Hubert

« Dieu pardonne toujours, les hommes parfois mais la nature, quand on ne prend pas soin d’elle, jamais. » (voir référence deuxième citation)

L’édito du début du mois nous a permis de découvrir le temps pour la création. Cette  initiative vous propose, dans notre diocèse de Liège, de participer à des rencontres avec différents thèmes. Deux exemples régionaux récemment ajoutés :

17 Septembre à 9h à Saint-Vith : Balade inspirante et durable. RDV à l’église de Saint Vith Contact Christel Kalf 0471 92 50 31        Inscription : christel@miteinander.be

24 Septembre à 14h30 à Jehanster  : Ballade œcuménique des 5 sens.

 Départ église de Jehanster  Renseignements : Heike Sonnen 087 33 84 60 ou Heikesoleil@gmail.com

Une célébration de clôture du mois de la création aura lieu le samedi 1er octobre lors de la reprise des messes des familles le premier samedi du mois à l’église de Marie-Médiatrice.

Sur le site « maisoncommune.be » vous pouvez retrouver toutes les initiatives organisées. En complément du feuillet, nous vous proposons quelques pistes de réflexions personnelles à retrouver sur le même site.

« La préservation de notre maison commune doit être la préoccupation de tous et non faire l’objet d’affrontements idéologiques entre différentes approches. On ne peut omettre de protéger la terre qui nous a été donnée par le Créateur ni réduire cela à une problématique élitiste. » (citation extraite du livre « François en poche » et reproduite dans un article de Cathobel du 10 mai 2022)

Dans les écoles et tous les lieux d’enseignement, une création a déjà commencé : une nouvelle année scolaire.

Dans notre Unité Pastorale, la catéchèse va aussi recommencer et créer de nouveaux lieux de rencontres. Après les « années COVID », nous allons pouvoir entamer les parcours de catéchèse de manière plus régulière.

Nous espérons que de nombreux paroissiens pourront se joindre à nous dans les activités proposées dans le cadre des célébrations dominicales. La catéchèse concerne toute la communauté et nous apprenons en recopiant ce que l’on voit. C’est ainsi que les chrétiens font depuis plus de 2000 ans, aidés par les textes bibliques, ils témoignent de ce qu’ils vivent au quotidien.

Si vous avez dans votre entourage un enfant qui habite sur l’Unité Pastorale et qui n’a pas reçu les informations, n’hésitez pas à communiquer à ses parents, les dates de réunion qui sont mentionnées au dos de ce feuillet.

Je terminerai cet édito en vous partageant un texte pour porter dans la prière cette nouvelle année scolaire.

A bientôt pour partager ensemble un moment de vie dans notre communauté.

Isabelle Lamblotte

Assistante Paroissiale et responsable de la catéchèse

Seigneur, nous Te confions cette nouvelle rentrée scolaire.

Pendant cette année, nous aurons à nous réjouir de bonnes nouvelles et nous aurons à affronter des moments difficiles.
Donne-nous la force de les vivre pleinement.

Nous T’offrons d’avance ces bonheurs et malheurs.
Accorde aux enseignants et aux formateurs l’enthousiasme de transmettre leur savoir et de faire grandir les jeunes.

Donne-leur la joie de retrouver leurs collègues et d’accueillir les nouveaux. Que leur diversité soit une richesse au service de l’éducation des jeunes qui leur sont confiés.

Donne aux enfants et aux jeunes d’apprendre et d’acquérir les connaissances intellectuelles, professionnelles et humaines pour devenir des acteurs responsables de ce monde et le servir au mieux.

Que leurs parents puissent les accompagner avec justesse et amour.

Fortifie les employés dans leur tâche quotidienne au service de tous.
Que leur travail soit respecté et reconnu de tous.

Que l’équipe éducative s’ouvre toujours plus aux valeurs de l’Evangile dans le respect des différences.

Donne-nous d’être attentifs à chacun et de te reconnaître en tous et particulièrement dans les plus pauvres.
Puissions-nous agir ensemble pour que la réussite soit en chacun de nous.
Rappelons-nous que Tu nous combles de joie.
Amen !

Karin, Moselle 57. Sept 2013.