…  J’étais étranger et vous m’avez accueilli…  J’étais nu et vous m’avez habillé… (Mt 25,35-36)

Le week-end dernier, nous avons lancé un appel pour équiper l’appartement de Laurent, stagiaire séminariste dans notre Unité Pastorale.

En seulement 5 jours, tout le matériel nécessaire est arrivé et nous avons même reçu ce qui nous semblait moins urgent, que nous estimions peut-être superflu dans l’immédiat. De nombreuses personnes ont répondu tellement rapidement à notre appel que nous n’arrivions plus à faire l’inventaire de ce qui arrivait et de ce dont Laurent avait encore besoin.

Presque toutes ces personnes avaient la même phrase à la bouche : « ce n’est pas grand-chose… »

Ce qui nous paraît petit, banal dans notre vie est pourtant tellement important, tellement précieux.

Un cadeau, un don n’est jamais « pas grand-chose ».

Dans l’Evangile de Matthieu (24,31-46) que nous avons lu lors de la Commémoration des Défunts, le Christ nous montre combien ces petites choses ne sont pas banales. Ces petits gestes, c’est ce qu’il y a de plus important. Dans la foule des justes, au dernier jour, il n’y a pas d’abord ceux qui ont fait parler d’eux, ceux qui ont fait des exploits. Il y aura surtout ceux qui auront donné sens au banal, au « pas grand-chose » , car tout ce qui paraît insignifiant prend tout son sens quand il est fait avec amour. Ne manquons pas l’occasion de faire ces choses banales chaque jour.

Puis il y a toutes ces personnes qui ont voulu, elles aussi, offrir « pas grand-chose » mais un peu tard, quand l’appartement de Laurent était déjà bien rempli. Nous leur avons proposé de donner à d’autres dans le besoin. Mais quel que soit le moment où chacun a proposé son aide, toute cette générosité a du prix, tout cela est important, autant que l’ouvrier de la onzième heure …

Un immense merci à vous tous, pour tous ces « pas grand-chose »

 

Publicités