Faire mémoire pour…..VIVRE

Bonjour,
Nous voilà déjà à la fin de l’octave de Pâques et nous continuerons ce temps pascal pendant 40 jours comme nous nous y sommes préparés pendant 40 jours.
Temps de gestation et préparation à nous laisser chaque fois surprendre par la nouveauté imprévisible de Dieu.
Nous avons eu la grâce, ce cadeau, proposé à notre communauté pastorale de pouvoir vivre 2 soirées d’approfondissement de notre foi introduites par le Frère Etienne de la communauté des Bénédictins de Wavreumont et une soirée artistique, spirituelle et méditative autour du chemin de croix de Paul Claudel animé par Benoît Daron, Hélène Geas et Antoine Duysens.
Ces évènements de foi m’ont stimulée et aidée à vivre la fête de Pâques. Mais combien j’aurais désiré que cette préparation soit aussi vécue en communauté. J’ai vraiment été peinée qu’à chaque soirée il n’y avait qu’une poignée de personnes ; quelle richesse de semence perdue.
En voici quelques bribes pour vous mettre en appétit.
Dans la première réflexion introduite par le Fr Etienne sur : « De la Pâque juive à la Pâque de Jésus » il a attiré notre attention sur la dimension initiatique des ré-cits bibliques et de combien la vie de Jésus était inscrite dans la foi et la tradi-tion de son peuple, de combien cette Pâque vécue par Jésus et ses disciples invite à du neuf en nous et pour nous aujourd’hui.
La Pâque juive a été reprise dans l’exposé et chaque fois mise en rapport avec celle vécue par Jésus. C’est un moment crucial de passer de l’esclavage vers une liberté. Quels esclavages, quelle liberté ? Une invitation de Dieu est faite à TOUT le peuple pour ALLER vers une ALLIANCE avec Lui en PARTENAIRE.
Comme dans toute relation il y a un COMBAT. Le Dieu de la Bible cherche à nous faire EXISTER
Faire mémoire est : redonner AUJOURD’HUI la force créatrice à ce mystère.
Nous sommes appelés à quitter l’Egypte, monde d’efficacité, qui est notre dieu, pour un Dieu d’amour, qui peut être une force de fécondité (souffle). La liturgie juive est une liturgie FAMILIALE, célébrée debout, prêt à partir pour la traversée qui ouvre au ROYAUME. Qu’est-ce qui règne en nous ?
Le repas se prend LA NUIT et à la fin de la nuit la LUMIÈRE se lève. On PARTAGE et mange le même pain et une ouverture vers l’autre se crée. La première nouveauté c’est nous-mêmes. NOUS ACCUEILLONS à NOUVEAU JÉSUS. CHAQUE EUCHARISTIE EST UNE NOUVELLE NAISSANCE. Et nous ?
Après le repas ils sortent vers la VIE. Quelle est la nouveauté de Jésus qui nous est proposée et sommes nous prêts à l’accueillir et à y entrer ? Et encore ….. et encore……
Dans la deuxième réflexion : « Sortir de nos égyptes »
Après le rituel pascal il y a la sortie d’Egypte, lieu de nos esclavages de toute sorte, sortir de nos coincements, subis et personnellement construits. En quoi cette nuit est-elle différente des autres ? Nous étions esclaves et DIEU nous en a fait sortir. La Liberté est de me trouver devant quelqu’un (Dieu) avec qui mon humanité va se construire. Je suis appelée à travailler AVEC Dieu à cette libération, je me trouve face à l’altérité d’un autre qui ne gomme pas la mienne, mais IL NOUS REND À NOUS-MÊME dans L’AMOUR. La sortie d’Egypte se vit la NUIT, en 3 étapes. Le sens de l’exil que l’on repasse, le passage de Dieu, la veille de l’espérance qui ouvre à la lumière. Nous avons à travailler nos nuits pour que la lumière puisse se manifester. Quel matin vit en nous ? Et beaucoup d’autres choses….
La troisième soirée fut autour de la méditation du Chemin de Croix de Claudel une introduction artistique pleine de beauté et d’intériorité qui nous a préparés à la profondeur de la semaine sainte.
Merci à l’équipe pastorale de nous avoir donné la manne nécessaire à chaque jour.
Dora Lapière

Publicités