Je suis de retour

Infos de la semaine

Feuillets du 6ème dimanche du temps ordinaire

Immaculée Conception
Marie-Médiatrice
Saint-Hubert
Sainte-Julienne

Chers Paroissiens, Chers Lecteurs,

Vous savez tous que j’étais parti au Rwanda pour mon congé annuel. Je suis de retour et suis content de reprendre les activités pastorales avec et parmi vous. J’ai déjà rencontrés et salués certains d’entre vous lors des messes du week-end dernier et ce fut un plaisir de les revoir.  Pour les autres, j’espère vous revoir très prochainement. A vous tous je transmets les salutations chaleureuses qui vous ont été adressées par les membres de ma famille et mes proches du Rwanda !

Mon séjour s’est très bien passé, j’ai bien profité du soleil (généreux entre 26 et 28° chaque jour), j’ai passé de très bons moments avec chaque membre de ma famille à commencer par ma vielle maman de 86 ans, sans oublier mes rencontres toujours chaleureuses et émouvantes avec quelques rares amis d’enfance survivants du Génocide que j’ai encore au Rwanda.

Je sais que mon départ a perturbé l’horaire habituel des messes dominicales pour Saint-Nicolas et Saint-Hubert qui ont été mis sous le régime de l’alternance et je m’en excuse.  Mais tout en m’en excusant, cela pourrait être aussi une opportunité de réfléchir à la question en profondeur pour envisager l’avenir.
Pour l’instant nous sommes parmi les rares Unités Pastorales de 5 paroisses à avoir encore deux prêtres. Je ne dis pas qu’il ne faut pas en profiter tant que c’est comme cela, mais pour combien de temps encore ? L’avenir nous le dira ! Sans jouer aux oiseaux de mauvais augure, pour ceux qui n’en voient pas encore la nécessité ou qui ont encore des réticences, peut-être qu’il est grand temps d’envisager de sortir parfois de chez soi, de son clocher et rejoindre les communautés les plus proches pour vivre l’Eucharistie !

Revenons un peu à mon séjour au Rwanda… Beaucoup m’ont posé la question concernant la situation qui prévaut actuellement dans la région des Grands Lacs et ce qui s’y passe. Je dirais que, comparé à ce qui se passe au Congo et au Burundi au niveau sécuritaire, il n’y a pas de troubles au Rwanda. L’état rwandais fait de grands efforts par rapport aux infrastructures et puis on se réjouit de constater que l’aide de la communauté internationale fait ce à quoi elle est destinée, mais la situation est quand même inquiétante dans certaines régions, plus particulièrement celle de l’est, ma région pour ne rien vous cacher, où la population est confrontée à la famine due à la sécheresse pour la 5ème année consécutive.

Il y a donc la faim mais aussi toute une série d’autres problèmes liés à la gestion du quotidien. Il est évident qu’à mon arrivée j’ai été pris d’assaut, certains pour me demander de l’aide pour avoir de quoi manger, d’autres pour que leurs enfants puissent retourner à l’école (primaire et secondaire), ce qui rejoint le combat que je mène principalement à mon village de Rusumo : la scolarité pour tous !

C’était donc la rentrée scolaire. On envisage de changer et de revenir à l’ancien système comme ici, mais jusqu’à présent on fonctionnait par année civile depuis que le Rwanda a opté pour l’anglophonie. Certaines familles étaient désespérées en se demandant si leurs enfants allaient pouvoir retourner à l’école cette année !

Avant mon départ je n’ai pas eu l’occasion de vous expliquer mon projet pour le Rwanda, mais j’en avais déjà touché un mot à certains, d’où l’initiative des enfants « les Chanteurs à l’étoile » motivés par leurs accompagnateurs, qui ont pu rassembler 533€ qu’ils ont versés ensuite sur le compte indiqué au moment où j’étais au Rwanda.  En plus de cela, une partie de la collecte de partage de la veillée de Noël (349,75€) a été versée aussi pour soutenir mon projet au Rwanda.

Avec cette somme j’ai pu un peu aider et ce fut comme la manne qui tombait du ciel pour les familles bénéficiaires qui expriment leur profonde gratitude aux « Chanteurs à l’étoile » et leurs accompagnateurs ainsi qu’à vous tous paroissiens pour votre générosité lors de la collecte de la veillée de Noël. Certains me disaient qu’ils ne savent pas en quels termes remercier les donateurs ; d’autres qui disaient : « Un tout grand merci », avec des larmes aux yeux, et moi qui le voyais, je sais que cela venait vraiment du cœur.

J’ose espérer que vous n’allez pas vous lasser de moi si je termine en vous demandant de les soutenir aussi par la prière ! Il y a cette situation qui touche une partie de la population rwandaise, mais il faut aussi penser à ce qui se passe au Burundi et en République Démocratique du Congo, où, d’un côté un chef de l’Etat qui veut se maintenir au pouvoir par tous les moyens contrairement à ce qui est bien stipulé dans la constitution, et de l’autre, le climat d’insécurité et le désordre qui ont suivi les dernières élections présidentielles. Actuellement les citoyens de ces deux pays vivent avec la peur au ventre. Cela crée des tensions, des affrontements et des massacres. Je vous demanderais donc de prier avec moi pour que ces violences cessent un jour et que la paix durable et véritable règne dans cette région des Grands Lacs. Merci.

  1. Oscar MUREKEZI

 Votre curé.

Publicités