Etre « visiteur »

Infos de la semaine

Feuillets du 24ème dimanche du temps ordinaire

         Etre visiteur de malades ou de personnes âgées ne s’improvise pas. Comme le disait le cardinal Godfried DANNEELS : « La bonne volonté ne suffit pas. »

         On peut rendre visite à un malade, à une personne âgée, à son domicile, à l’hôpital ou, pour les personnes âgées, dans la maison de repos où elles résident, de la même manière que l’on viendrait à leur aide, en faisant leurs courses.

« Allez au nom de la communauté, … ». Il s’agit d’une mission d’Église qui dépasse la démarche personnelle, l’initiative personnelle. En devenant « visiteur », on se met au service de l’Église qui a le souci des malades, des aînés. C’est la raison pour laquelle existe, dans notre unité pastorale, une équipe qui se réunit tous les deux mois pour partager sur ses pratiques, pour se former.

La première tâche à réaliser, c’est de se mettre à l’écoute. A l’écoute du Seigneur qui nous inspirera les paroles à dire, les gestes à poser, les silences à observer. A l’écoute de celles et de ceux que nous visitons.

Il convient d’éviter le piège dans lequel était tombée cette personne qui, après avoir longuement parlé d’elle-même, de son expérience, de ses maux, s’était entendu dire par le malade hospitalisé qu’elle visitait, au moment de se quitter : « Je prierai bien pour vous ! »

Ecouter est un art. Il existe des formations à l’écoute.

On ne se contentera pas de parler de la pluie et du beau temps. On vient au nom du Seigneur – qui est là avant nous, d’ailleurs – et au nom de la communauté chrétienne. Cela doit se savoir et se sentir.

Si cela est possible, on priera avec la personne visitée, (avec sa famille peut-être présente au moment de la visite), à partir de ses prières à elle ou des prières, pas trop longues, qu’on lui proposera. Prières pour elle-même, pour ses proches, pour l’Église, pour le Pape François, pour le monde, pour l’actualité, … Des livrets sont proposés par la Pastorale de la Santé de notre Unité pastorale. Ils sont gratuits.

Eventuellement, si la personne en exprime le désir, au nom de la communauté, on lui proposera de recevoir le Corps du Christ, la communion qui, comme le mot l’indique, est une relation avec le Christ, avec l’Église. Cet acte sera posé avec un certain décorum, avec respect et dignité.

On n’oubliera pas non plus de semer délicatement l’idée de l’Onction des malades qui, comme le rappelle judicieusement notre Curé, M. l’abbé Oscar MUREKEZI, dans de précédents bulletins paroissiaux, n’est pas l’Extrême Onction, mais qui, au contraire, est un sacrement pour les vivants.

Voilà, en quelques mots, le rôle des visiteurs de malades et des personnes âgées.

Michel WELKENHUZEN

Diacre permanent

Accompagnateur spirituel de l’équipe des Visiteurs de malades

Responsable provisoire de la Pastorale de la Santé de l’Unité pastorale

Publicités