Du chasseur au protecteur, de la consommation à la sauvegarde

infos de la semaine

feuillets du 30ème dimanche du temps ordinaire

Immaculée Conception
Marie-Médiatrice
Saint-Nicolas
Saint-Hubert
Sainte-Julienne

 

 Saint Hubert, évêque de Liège et successeur direct de saint Lambert, est célèbre pour être le protecteur des animaux. Il l’est devenu parce que c’est un chasseur repenti ! Il a vécu une conversion si forte qu’il a définitivement arrêté de chasser des animaux pour annoncer l’évangile à travers tout son épiscopat. Cela a porté de nombreux fruits dont nous bénéficions encore aujourd’hui.

Mais si saint Hubert vivait aujourd’hui, quelle serait sa conversion ? Quelle serait la vocation d’un homme qui chasse le vendredi saint ? Déjà, ce serait une conversion à la loi belge, puisque la chasse au cerf est interdite de janvier à fin septembre. Ensuite, cela pourrait être une conversion dans son rapport à la nature. Avant de poursuivre, je voudrais préciser que la chasse n’est évidemment pas un péché. Cependant, Saint Hubert agit en ignorant le Christ et en instrumentalisant égoïstement sa création, en la consommant. Notre création est actuellement bien malmenée par notre humanité. Elle ne nous appartient pas, nous en sommes les intendants car nous l’avons reçue du Seigneur.

Nous ne pouvons pas continuer de la traiter comme un produit de consommation, remplaçable à souhait. Cela ne mène qu’à sa destruction et la nôtre par la même occasion.

Aussi, n’ayons pas peur de nous engager pour sa sauvegarde. Que notre maison commune, selon l’expression du Pape François, soit pour nous et pour toutes les générations à venir une maison belle, harmonieuse et accueillante, à l’instar de son créateur.

Thomas Sabbadini

Publicités