DANS LA JOIE PASCALE, LES FÊTES DES COMMUNIONS !

Infos de la semaine

Feuillets du Dimanche de la Divine Miséricorde

Immaculée Conception
Saint-Hubert

Chers Paroissiens, chers lecteurs,

Nous voici en plein Printemps, toujours dans le temps Pascal et donc dans la joie Pascale ! La joie de la victoire du Christ sur la mort, la joie de la vie que Dieu nous donne, la vie en nous et autour de nous : même s’il ne fait pas encore vraiment très chaud, le soleil se manifeste et brille généreusement, la nature se réveille tout autour de nous, les plantes, les fleurs, les potagers, les jardins… tout bouge et on se bouge naturellement, c’est la vie !

Puisque nous parlons du temps Pascal dans lequel nous sommes et comme ce 2ème dimanche de Pâques est appelé le Dimanche de la divine miséricorde, je voudrais rappeler que « Pâques est une bonne nouvelle du salut, Bonne Nouvelle de la Miséricorde. Car si le Christ a donné sa vie par amour pour sauver tous les hommes, c’est pour nous révéler le Père qui est miséricorde et qui rêve de chérir ses enfants ».

Je sais que le mot Miséricorde a été souvent mal compris surtout dans le sens où beaucoup le comprennent et le saisissent comme quelque chose de plus misérable, quelque chose qui évoque la piètre condition de l’homme et le poids de la misère que beaucoup portent au quotidien et donc, forcément, quelque chose qui laisse entendre la pitié qu’on implore !

Je crois que la Miséricorde est tout sauf ces préjugés, raison pour laquelle, bien entendu sans vouloir amoindrir ou minimiser les malheurs de notre monde auxquels sont confrontés beaucoup de jeunes, de femmes, d’hommes, de personnes âgées et isolées, le Pape François qui nous a offert l’année de la Miséricorde il y a trois ans nous encourage tous à en faire une Bonne Nouvelle. Cela veut dire que nous sommes appelés à nous émerveiller devant le mystère de la Miséricorde qui est « source de joie, de sérénité et de paix » et « condition de notre salut » (Bulle d’introduction du Jubilé, Miséricodiae Vultus §2).

« La Miséricorde est le propre de Dieu dont la toute-puissance consiste justement à faire miséricorde ».

Dans cette même bulle le Pape François reprend ces paroles de Saint Thomas d’Aquin qui montrent que la Miséricorde, loin d’être un signe de faiblesse, est plutôt l’expression de la toute puissance de Dieu ; la toute puissance de Dieu et sa joie aussi comme on s’en aperçoit dans la parabole du Père au retour de son fils (Lc 15, 1-32).

C’est dans ce sens que Pâques, « Victoire définitive de la miséricorde divine sur tout le mal du monde », offre cette « force victorieuse de tout, qui remplit le cœur d’amour, et qui

console en pardonnant » Et Pâques nous appelle « à vivre de miséricorde parce qu’il nous a d’abord été fait miséricorde » (MV§9).

Il va sans dire que « désormais la crédibilité de l’Eglise passe par le chemin de l’amour miséricordieux et de la compassion ». En d’autres mots, cela veut dire que « le temps est venu pour l’Eglise de retrouver la joyeuse annonce du pardon ; de revenir à l’essentiel pour se charger des faiblesses et des difficultés de nos frères. Le pardon est une force qui ressuscite en vie nouvelle et donne le courage pour regarder l’avenir avec espérance » (MV§ 10).

C’est à nous, baptisés en Christ, qu’est confiée aujourd’hui sa mission. C’est à nous, en Eglise, de « vivre l’expérience de la miséricorde » et de « redécouvrir la joie de la tendresse de Dieu » pour y inviter aussi tous les hommes. »

Vous savez aussi que chaque année les fêtes des Communions au mois de Mai viennent prolonger et agrémenter la joie pascale, la joie de la victoire de l’amour sur la mort ! Cette année nous avons eu la joie d’accueillir et accompagner une jeune femme qui, au terme de son cheminement pour le baptême, a été baptisée pendant la Vigile Pascale, et puis parmi les 112 enfants en scolarité qui nous rejoindront à la table du partage du pain de l’Eucharistie, le pain de vie, le Corps du Christ en ce mois de mai, il y en a 10 qui n’étaient pas baptisés et qui l’ont été dernièrement avant de recevoir la 1ère  de leurs Communions.

Quant à ceux qui sont prêts pour leur profession de foi, ils sont au nombre de 49. Juste pour rappel, nous avons 24 jeunes qui ont demandé à être confirmés et qui le seront au mois de novembre prochain.

C’est vraiment une chance et une grâce pour notre Unité Pastorale car j’espère que pour eux ce n’est pas un aboutissement et une fin mais plutôt un nouvel élan pour que la belle aventure continue avec Jésus, avec le Seigneur ! Pour cela, j’espère donc que ces enfants et ces jeunes continueront de rejoindre leurs ainés dans la foi que vous êtes, que soit lors des offices dominicaux ou autres rendez-vous de prière, de partage de la Parole et de tout ce qui nous fait vivre spirituellement. Je vous encourage à leur faire bon accueil et à leur témoigner votre soutien pour qu’ils se sentent vraiment à leur place au sein de nos communautés.

C’est grâce à notre soutien, notre écoute et notre attention à eux qu’ils auront envie de faire vraiment « communion » avec le Christ, c’est-à-dire s’approcher de lui, se nourrir de sa Parole et mener leur vie à sa lumière. C’est aussi comme cela qu’on découvre davantage le Christ, qu’on s’attache à Lui jusqu’à ne faire plus qu’un avec Lui comme Saint Paul le dit bien : « …si je vis ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ! » (Gal 2, 20).

Disons qu’ils auront pris conscience que « communier » au Christ engage à aimer et se mettre au service des autres et que l’amour que le Christ nous demande de témoigner doit être vécu et partagé à travers l’engagement et le service aux autres, à l’exemple de Jésus lui-même, c’est-à-dire permettre aux autres, non seulement nos proches et nos cercles d’amis, mais aussi à tout être humain, d’avoir la joie de vivre et se donner pour qu’ils puissent l’avoir vraiment !

J’en profite pour exprimer ma profonde gratitude à toutes les mamans et papas catéchistes ainsi que toutes personnes engagées ou qui rendent un service ponctuel d’une manière ou d’une autre dans l’annonce de la foi à travers la catéchèse et autres lieux de rencontre ou de prière. Comme il y a beaucoup de travail, un tout grand merci pour leur disponibilité, pour le temps qu’ils y consacrent, pour l’énergie qu’ils y mettent…

Enfin, rendons tous grâce au Seigneur pour le don des sacrements qu’il a institués lui-même et confiés à l’Eglise. Ils nous fortifient et grâce à eux nous participons à la vie divine en devenant témoins du Christ – Amour ! Prions également pour que, cette nouvelle adulte baptisée, tous ces jeunes confirmands et ces enfants qui ont voulu signifier leur attachement à Jésus -Christ par la 1ère des Communions ou la Profession de Foi, par la grâce de leur baptême et leur communion au Christ, ils puissent Lui être des témoins vivants et crédibles dans leur famille, leur communauté et d’autres lieux de rencontre avec les autres.

Oscar MUREKEZI, votre Curé

 

Publicités