La poule de Saint Philippe Néri et notre unité pastorale

Infos de la semaine

Feuillet du 3ème dimanche de Pâques

Marie-Médiatrice
Sainte-Julienne

Philippe Néri est un prêtre italien né en 1515, mort en 1595 et canonisé en 1622. Fondateur de la Congrégation de l’Oratoire, il est surtout connu pour 2 aspects de sa personnalité : une piété eucharistique remarquable et un humour à toute épreuve. Voici une anecdote qui lui est attribuée.

À une personne qui confessait une nette tendance à la médisance, il proposa la pénitence suivante : acheter une poule au marché et la plumer tout en marchant dans la ville. Lorsque le pénitent eut achevé sa surprenante pénitence, il revint perplexe vers Saint Philippe Néri. Ce dernier lui demanda ensuite de récupérer l’entièreté des plumes. « Mais c’est impossible, s’écria l’autre, elles ont été dispersées aux quatre vents ! » « Tout comme vos paroles, rétorqua le saint, lorsqu’elles sont lâchées, il est impossible de les récupérer. Soyez précautionneux à l’avenir ! »

Cette invitation cordiale à la prudence n’a pas perdu de sa pertinence de nos jours. En effet, il est rare qu’il passe une semaine ou deux sans qu’arrive à mes oreilles ou à celles d’Oscar des décisions que nous aurions prises ou qui nous concernent qui ne sont pas fondées. En voici 2 exemples parlants.

Premièrement, j’ai entendu dire que j’allais être nommé dans une autre unité pastorale. Mgr Delville ne m’a pas appelé à ce sujet, ni même son vicaire général, Alphonse Borras. Donc, désolé, mais je reste ! Je ne connais pas l’avenir, mais de ce que j’ai compris, l’évêché compte me laisser encore ici quelques années. Je n’en connais pas le nombre, et je sais que je serai envoyé autre part un jour, mais je n’en connais ni le jour, ni l’heure. Ce n’est pas parce que je dis que je ne resterai pas éternellement dans l’UP que je vous quitte à l’instant ! C’est une surinterprétation abusive !

Deuxièmement, est arrivé la rumeur que nous allions changer les horaires de messe. D’une part, dans l’immédiat, non ! D’autre part, il est vrai que c’est un sujet dont j’ai discuté avec Oscar il y a quelques jours. Cependant, il y a une marge énorme entre discuter d’un sujet pastoral et prendre une décision importante pour l’UP. Ce genre de question est complexe et demande une décision longuement murie. Elle ne peut être résolue lors d’une unique discussion entre le vicaire et son curé ! Il est de notre charge de réfléchir à l’UP à court, moyen et long terme, ainsi, nous prenons régulièrement du temps pour parler de nombreux sujets pastoraux, tels que les horaires de messes, l’avenir de nos bâtiments, la gestion des différents groupes de personnes de l’UP, etc. Il est important d’en discuter et de préparer l’avenir. Toutefois, cela ne signifie pas que pour un sujet abordé le lundi, une décision sera prise le mardi, publiée le mercredi et appliquée le jeudi ! Discuter et réfléchir, ce n’est pas décider !

Ce genre de rumeur est tout autant usant qu’improductif. Surtout lorsque quelqu’un me téléphone ou m’aborde en furie, excédé à cause d’une rumeur infondée et que je passe une demie heure à calmer la personne tout en expliquant la méprise.

Bref, lorsque des informations au sujet de la paroisse arrivent à vos oreilles, cela peut valoir la peine de les accueillir avec toute la prudence due. Nul n’est à l’abri d’une surinterprétation, d’une exagération ou d’une incompréhension. De plus, lorsqu’une décision importante est prise, elle fait systématiquement l’objet d’une publication dans le feuillet d’annonces que vous lisez actuellement.

Que nos mots soient des outils de construction de l’UP et pas des instruments -volontaires ou involontaires- de vents de rumeurs qui la ballottent de toutes parts !

Thomas Sabbadini

Publicités